Législatives: dans les Hauts-de-Seine, Philippe Juvin veut reconquérir un ancien fief des Républicains – Le Figaro, 10 juin

0
895

La tâche s’annonce ardue pour le chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou, au vu des très bons scores obtenus par Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle.

Lire l’article sur le site du Figaro

«Votre épaule doit être immobilisée pendant plusieurs semaines, c’est très important.» Sur le marché de Bécon-les-Bruyères, Philippe Juvin prend le temps de donner des conseils médicaux à un habitant qui l’interroge sur sa luxation. Si le maire de La Garenne-Colombes est en campagne pour les législatives, où il est le candidat LR dans la 3e circonscription des Hauts-de-Seine (La Garenne-Colombes, Bois- Colombes, Courbevoie), celui qui est également le chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou n’abandonne jamais vraiment sa casquette de médecin.

Dans les rues de sa ville – où il met un point d’honneur à saluer tout le monde -, les passants l’appellent d’ailleurs très souvent «docteur» et saluent son engagement au plus fort de la crise du Covid-19. Mais depuis plusieurs semaines, c’est bien pour devenir député que l’ex-«mousquetaire» de Valérie Pécresse pendant la présidentielle essaye de convaincre ses administrés. Dans les Hauts-de-Seine, ancien bastion de droite, la tâche s’annonce ardue, au vu des très bons scores obtenus par Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle. Mais Les Républicains estiment que dans ce département converti au macronisme depuis 2017, Philippe Juvin est celui qui a le plus de chances de créer la surprise. «Il a une notoriété nationale, un ancrage local, un vrai sens politique et il a su faire entendre la voix de la droite pendant la crise sanitaire sans jamais être dans le sectarisme», félicite Christian Jacob, président LR.

Après la réélection du président de la République, Philippe Juvin a fait partie des élus de droite à plaider pour un accord de gouvernement entre LR et LREM. «Il peut y avoir des convergences», a-t-il répété à plusieurs reprises. Une volonté d’ouverture qui n’est pas passée inaperçue parmi ses potentiels électeurs. «Je n’ai pas voté Valérie Pécresse pour la présidentielle mais je compte voter pour Philippe Juvin aux législatives. Il a prouvé qu’il était un homme mesuré et intellectuellement honnête ces derniers mois», témoigne par exemple un habitant.

Fidèle à sa famille politique

Par ailleurs, l’édile jure avoir refusé l’investiture de la majorité présidentielle pour les législatives afin de rester fidèle à sa famille politique. «Je pense que la droite doit pouvoir travailler avec le chef de l’État sans pour autant se fondre dans la majorité», explique-t-il aujourd’hui. «Son investiture n’a même pas été envisagée un quart de microseconde. C’est un opposant politique et nous n’avons pas oublié tout ce qu’il a pu dire pendant la crise sanitaire», rétorque Thierry Solère, conseiller politique de Macron. «Il est loin d’être un LR constructif. Il est dans une opposition stérile au président matin, midi et soir», acquiesce Aurélie Taquillain, candidate Ensemble! investie dans la circonscription.

Lire la suite de l’article sur le site du Figaro

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici