Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

Presse | Le blog de Philippe Juvin - Part 3

Actualités 'Presse'

Décès de Jo Cox, députée britannique : Assassiner pour des idées est un acte ignoble, une tragédie pour notre démocratie

Communiqué-de-presse-300x300

Strasbourg, le 16 juin 2016
Communiqué de presse

Nous apprenons avec tristesse le décès de la députée britannique travailliste Jo Cox, lâchement assassinée aujourd’hui à Birstall.

Nos pensées vont à son mari, à ses deux enfants ainsi qu’à ses proches.

Nous saluons les convictions européennes de Jo Cox qui s’était engagée dans la campagne contre le Brexit.

Assassiner pour des idées est un acte ignoble, une tragédie pour notre démocratie.

Invité de LCI, vendredi 10 juin à 9 heures

20160610 - ITW LCI

A quoi joue la CGT ?

Ma tribune sur les travailleurs détachés parue ce jour dans l’Humanité

Tribune_Humanité

>>Cliquez ici pour accéder à l’article sur le site de l’Humanité

Invité de LCP, mercredi 8 juin à 19h30

20160608 - ITW LCP

Pratiques commerciales déloyales : Le Parlement européen se mobilise enfin pour lutter contre ce fléau

Communiqué-de-presse-300x300

« Pour la première fois, le Parlement européen se prononce en faveur d’une régulation des pratiques commerciales déloyales au sein de la chaîne d’approvisionnement alimentaire » ont déclaré Philippe Juvin, Michel Dantin et Angélique Delahaye.

« Dans un contexte de crise agricole sévère, il est essentiel de lutter contre ces pratiques inacceptables qui réduisent les marges des transformateurs et des producteurs. Les députés européens lancent un signal fort à la Commission européenne qui se doit d’agir et de faire évoluer le droit de la concurrence européen, pour prendre plus en compte les spécificités agro-alimentaires et les intérêts des producteurs » a déclaré Michel Dantin.

« Le Parlement européen envoie également un message clair aux agriculteurs. Il est nécessaire de renforcer, de façon coordonnée entre États membres, la transparence et la contractualisation dans les relations commerciales, afin de rééquilibrer les rapports entre producteurs et commerçants » a ajouté Angélique Delahaye.

« L’Union européenne gagne quand elle sait protéger ses citoyens » a conclu Phlippe Juvin.

>>Cliquez ici pour télécharger le communiqué en version pdf

Ratification du Protocole de l’OMS pour éliminer le commerce illicite du tabac : une victoire importante pour la santé des européens et une grande défaite pour le lobby du tabac

Communiqué-de-presse-300x300

« Le commerce parallèle de tabac est un fléau qui engendre une augmentation des risques sanitaires par une mise à disposition, notamment aux adolescents, de cigarettes à prix bas, un manque à gagner fiscal pour les 28 États membres estimé à près de 20 milliards d’euros chaque année, dont 3 milliards pour la France, et un manque à gagner pour les commerçants vendeurs de tabac estimé à plusieurs centaines de millions d’euros par an, dont 250 millions pour les seuls buralistes français », a déclaré Philippe Juvin.

« Le commerce parallèle est alimenté par les cigarettiers eux-mêmes. Par exemple, un Rapport parlementaire publié en France en octobre 2015 a ainsi montré qu’en Andorre, alors que 120 tonnes de tabac sont nécessaires chaque année pour satisfaire la demande domestique, les cigarettiers livrent annuellement 850 tonnes. Soit sept fois plus ! Le surplus vise à alimenter le commerce parallèle », a-t-il ajouté.

Le Protocole de l’OMS « pour éliminer le commerce illicite du tabac » vise à contrôler les flux de tabac, de sa fabrication à sa livraison, par la mise en place d’une traçabilité strictement indépendante des fabricants de tabac mais payée par eux.

Après ce vote du Parlement européen obtenu malgré un lobbying acharné des cigarettiers, le Conseil doit se réunir rapidement pour que l’Union devienne la 18ème Partie à ratifier le Protocole.

« À ce jour, 17 États ont ratifié le Protocole, dont 5 États membres de l’UE. Cela signifie que si les 23 autres États membres le ratifient à leur tour, on atteindra le nombre de 40 ratifications qui permet de rendre le Protocole opposable à l’ensemble des États du monde.

Je vais écrire à chacun des 23 chefs d’État et de Gouvernement de l’Union qui n’ont pas encore ratifié ce Protocole afin qu’ils le fassent sans délai. Quant à la France, son silence est assourdissant. Le Protocole de l’OMS a été ratifié le 30 novembre mais le texte n’a toujours pas été publié dans le Journal Officiel. Je m’interroge sincèrement sur les intérêts que défend la France à ce jour », a conclu Phlippe Juvin.

Contact presse : Sabine Rozier-Deroche – 06 42 66 45 24

>>Cliquez ici pour télécharger le communiqué en version pdf

Fans zones : mon « coup de gueule » dans Le FigaroVox

Lire la Tribune sur LeFigaro.fr

Fans zones : le coup de gueule du chef des urgences de l’hôpital Pompidou

FIGAROVOX/TRIBUNE/VIDÉO – À une semaine de l’ouverture du championnat d’Europe de football, le professeur Philippe Juvin, chef de service des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou s’indigne de ne pas avoir été informé de l’organisation d’une fan zone géante au Champ-de-Mars.

Dans quelques jours va s’ouvrir la Coupe d’Europe. S’ils ne sont pas découragés par les menaces de grèves en tout genre, de nombreux supporters vont se presser dans les villes qui accueillent des matchs, et particulièrement à Paris. La presse s’est fait l’écho d’une mobilisation exceptionnelle de la police. Le Ministre de l’Intérieur se multiplie. Bref, le Gouvernement rassure les Français et agit. Bravo.

Mais au gouvernement, une personne est silencieuse: le Ministre de la Santé. Or de grands rassemblements d’hommes nécessitent aussi le renforcement des moyens médicaux. Et là, silence radio.

Je suis le chef du service des urgences le plus proche de la plus grande fan-zone de France (le Champs de Mars). Je me suis résolu à écrire cet article car je n’ai appris l’existence de cette fan-zone qu’en lisant la presse. Ni le ministère de la Santé (mes tutelles), ni la mairie de Paris (le Maire de Paris est le président du conseil d’administration de mon hôpital) ne m’ont prévenu de l’existence d’un rassemblement de plus de cent mille personnes à quelques centaines de mètres de mon hôpital. En fait, je n’ai reçu aucune vraie information sur le nombre précis de spectateurs attendus (50.000? 100.000? 200.000? 300.000?). Aucune information sur les moyens sanitaires mis en place dans la fan-zone pour éviter que toutes les blessures légères ne se pressent dans notre hôpital et ne le paralyse. Aucun contact avec un quelconque éventuel responsable sanitaire de la fan-zone. Aucune information sur l’évaluation du risque (une évaluation a-t-elle même été faite?). Aucune évaluation de l’effet de la fan zone sur notre capacité à prendre en charge les patients habituels. Aucun exercice d’alerte. Il a fallu que je me batte pour connaître les simples dates d’ouverture de la fan-zone. Et bien sûr aucun vrai moyen supplémentaire sauf ceux que, localement, nous avons tenté de mobiliser sur la base de quelques bonnes volontés et grâce à une direction de l’Assistance Publique sensible au risque et à notre détresse.

Le ministère nous répond avec naïveté que des moyens de SAMU SMUR supplémentaires ont été mobilisés. Cette réponse prouve l’amateurisme de ceux qui nous gouvernent: car les moyens SAMU SMUR, indispensables en cas d’attentat ou de pathologie grave, sont inadaptés à la nature de patients que nous sommes les plus susceptibles de devoir accueillir. Dans le cas d’attentats, la mobilisation est massive, immédiate et surtout relativement limitée dans le temps. Le problème qui a été complètement ignoré est d’une nature différente: les fan-zones vont nous conduire à recevoir aux urgences plus d’entorses, plus d’ivresses, plus de malaises, plus d’accidents d’exposition sexuel, plus de rixes, plus de chutes, que le SMUR ne prendra pas en charge. Sur 100.000 personnes réunies à quelques centaines de mètres de notre hôpital, il suffira que moins de 1 pour 1000 aient le moindre petit problème de santé et décident de se présenter aux portes de notre service pour que nous soyons totalement paralysés. Marisol Touraine et Anne Hidalgo y ont-elles réfléchi? De plus, pendant les jeux du cirque, les vieillards grabataires déshydratés, les infarctus, les insuffisances respiratoires et autres pathologies qui font notre quotidien, continueront à être accueillis. Nos services d’urgence sont déjà en tension et les équipes très usées. Pourrons-nous accueillir en toute sécurité d’éventuels victimes de cette immense fan-zone, et nos patients habituels? A l’heure où j’écris, j’en doute.

Organiser une fan zone géante en plein état d’urgence est déjà une curieuse et bien discutable idée. Mais l’organiser sans se préoccuper de l’avis du principal service d’urgence de proximité, ni même l’informer, témoigne d’un très grand amateurisme. Mon inquiétude de professionnel de la santé et de l’urgence est grande. Bien sûr, nos équipes feront comme d’habitude: elles se mobiliseront, se multiplieront et compenseront par leur travail l’imprévoyance et l’insouciance d’Anne Hidalgo et de Marisol Touraine. Bref, nous assumerons leurs inconséquences. On savait certes que les urgences n’étaient pas la priorité du ministre de la Santé. Mais là, bon sang! Quelle bande d’amateurs, tellement caricaturaux qu’ils en deviennent dangereux.

Explosion du nombre de travailleurs détachés en France : il y a urgence à réformer !

Communiqué-de-presse-300x300Explosion du nombre de travailleurs détachés en France : il y a urgence à réformer ! »

Selon la commission nationale de lutte contre le travail illégal, en 2015, le nombre de travailleurs détachés déclarés en France a explosé : +25% par rapport à 2014, alors même que le chômage atteint toujours 10,2% au premier trimestre 2016. Au total, 286 025 salariés sont ainsi détachés dans notre pays.

Alors que la crise sociale paralyse la France, cette annonce vient comme une mauvaise nouvelle de plus. Le gouvernement se réjouit déjà à demi-mot en mettant en avant une augmentation « probablement » due aux « contrôles de plus en plus fréquents », poussant les employeurs à davantage déclarer des « détachements précédemment non déclarés ». Qu’en est-il des 220 000 à 300 000 travailleurs détachés non déclarés pointés par le Sénat ?

A la vérité, cette justification est bien faible au regard des véritables problèmes que pose le travail détaché. Depuis plusieurs mois déjà, les Républicains appellent l’attention sur les situations de dumping social occasionnées par cette forme d’activité, dérogatoire au droit commun du travail.

Face à la grogne et aux tensions sociales, le gouvernement est paralysé par l’absence de leadership à gauche et par la fronde de ses députés les plus radicaux. Il y a fort à parier qu’à moins d’un an de la prochaine échéance présidentielle, François Hollande décide de s’enfermer encore davantage dans l’immobilisme et l’attentisme, scrutant avec plus d’intérêt l’incessante dégringolade de sa courbe de popularité que les besoins de réforme de la France.

Il est urgent qu’à travail égal un salarié détaché en France perçoive la même rémunération qu’un travailleur français. Ce principe ne peut connaître de dérogation si nous voulons – enfin – mettre un terme au dumping social inadmissible qui a cours en Europe. Il est impératif de poser les bases d’une concurrence loyale qui n’affaiblisse pas les modèles sociaux. L’Europe n’a pas été construite pour que des pans entiers de notre économie locale soient menacés par un dumping inacceptable pour les citoyens.

La réforme de la directive de 1996 engagée par la Commission européenne nous offre l’occasion de cette remise à plat. Il s’agit de saisir cette opportunité pour protéger les emplois des Français. Mais encore faudrait-il que la voix de la France soit entendue en Europe. Malheureusement, depuis 2012, nous assistons à un affaiblissement sans précédent de l’influence française dans les institutions européennes…

Philippe JUVIN
Porte-parole des Républicains
Député européen

>>Cliquez ici pour télécharger le communiqué en version pdf

Accords entre Philip Morris et l’Union européenne : Marisol Touraine, pourquoi cédez-vous aux lobbys du tabac ?

Communiqué-de-presse-300x300Philippe JUVIN, porte parole LR Europe : « Accords entre Philip Morris et l’Union européenne : Marisol Touraine, pourquoi cédez-vous aux lobbys du tabac ? »

Le 9 mars 2016, le Parlement européen s’est très majoritairement prononcé contre le renouvellement des accords de coopération conclus entre l’UE et les fabricants de tabac pour lutter contre le trafic. Le Parlement visait plus particulièrement celui signé avec Philip Morris, qui arrive à échéance en juillet 2016.

Le Parlement avait souligné le manque de transparence dans lequel ces accords avaient été conclus et avait fait état d’enquêtes en cours sur les liens existant entre certains fonctionnaires
européens et cigarettiers.

En effet, le tabac vendu illégalement est en grande partie fabriqué par les cigarettiers eux-mêmes. Certains sur-approvisionnent et deviennent ainsi les sources du trafic. Dans ces conditions, comment passer un accord de lutte contre le trafic avec ceux qui l’alimentent ?

Aujourd’hui, des indices nous laissent penser que la Commission envisage de passer outre l’avis du Parlement en renouvelant son accord avec Philip Morris. Renouveler cet accord serait bafouer l’avis du Parlement européen.

La France doit s’opposer à cet accord de dupes qui se fait au détriment des recettes fiscales des Etats européens et de la santé des citoyens. Cet accord doit être remplacé, comme l’a exigé le
Parlement européen, par la conclusion et la mise en oeuvre du Protocole de l‘OMS « pour éliminer le commerce illicite de tabac » dont la discussion et le vote par les députés européens sont prévus le 7 juin à 14h. Cette date ayant déjà été repoussée à plusieurs reprises, je demande à la Commission, au Président du Parlement européen et à la Conférence des Présidents, de veiller à que cet ordre du jour soit respecté. Mais je demande aussi à la France de choisir son camp.

Car pendant ce temps là, les gouvernements laissent faire, particulièrement le gouvernement français, totalement silencieux.

J’appelle solennellement Marisol Touraine, ministre de la santé, à sortir de son silence. Elle doit condamner sans ambiguïté la reconduction de l’accord entre l’Union et Philip Morris et soutenir le Parlement européen contre la Commission.

Pourquoi Marisol Touraine est-elle silencieuse ? Parce que la France, encore une fois, ne pèse plus en Europe ? Ou encore parce que les lobbys de cigarettiers ont aussi réussi leur sale
besogne auprès des autorités françaises ? Marisol Touraine, réveillez-vous ou expliquez vous.

>>Cliquez ici pour télécharger le communiqué en version pdf

Le Parlement doit résister au lobby du tabac en ratifiant le protocole de l’OMS à la date prévue

Communiqué-de-presse-300x300Philippe Juvin, eurodéputé PPE-LR « Le Parlement doit résister au lobby du tabac en ratifiant le protocole de l’OMS à la date prévue ».

Le Parlement européen a voté le 6 mars dernier contre la reconduction des accords de coopération UE-cigarettiers, et en particulier l’accord avec Philip Morris.

Le Parlement européen souhaite à présent la ratification du Protocole de l’OMS. Cette ratification, initialement prévue en mai, a été reportée pour des raisons de procédure, à la date du 6 juin‬. ‬

Philippe Juvin a demandé au Président de son groupe au Parlement européen, Manfred Weber, de tenir bon, malgré les pressions de l’industrie du tabac. Le Parlement européen et la Commission européenne doivent résister au puissant lobby du tabac, bien installé dans les couloirs de Bruxelles.

>>Cliquez ici pour télécharger le communiqué en version pdf

Mon point de vue sur la Primaire

J’ai débattu, ce lundi, sur le sujet « Primaire à droite : Nicolas Sarkozy peut-il revenir ? ».
L’occasion de rappeler que la priorité de Nicolas Sarkozy est aujourd’hui de rebâtir le parti et de faire en sorte que la Droite ait une colonne vertébrale.
Le candidat désigné par la Primaire devra être une personne d’expérience, déterminée, capable de porter des réformes ambitieuses.

Lundi 18 avril à 19h30 – Invité de LCP dans l’émission « Ca vous regarde »

20160418 - ITW LCP

Le PNR enfin adopté après 5 ans de discussions : que de temps et, peut-être, de vies perdus par l’idéologie de la Gauche et du Front National

Philippe Juvin, Porte-parole LR : « Le PNR enfin adopté après 5 ans de discussions : que de temps et, peut-être, de vies perdus par l’idéologie de la Gauche et du Front National »

Après plus de 5 ans de bataille, le fichier européen des passagers aériens (PNR) a été enfin adopté.

Ce fichier est une arme supplémentaire contre le terrorisme. Ce texte a été adopté après une bataille éreintante contre le Front National, les Verts, le Front de Gauche et les socialistes, qui n’en voulaient pas au motif de la protection de la vie privée.

Il aura finalement fallu les tueries de Paris et Bruxelles pour que les socialistes, les Verts et le Front de Gauche changent d’avis et soutiennent, du bout des lèvres, le PNR.

Depuis le début, Les Républicains ont été les seuls à défendre ce projet. Nous avons eu raison avant tout le monde. Notre victoire nous laisse un goût d’amertume : que de temps gâché et, peut-être, que de vies perdues par l’idéologie de la Gauche et du Front National !

>>Cliquez ici pour télécharger la version pdf

Mon analyse du Conseil européen des 18 et 19 février 2016

Communiqué-de-presse-300x300Philippe Juvin, porte-parole des députés européens LR-PPE : Dernier Conseil européen avant fermeture ?

Le Conseil européen est un échec pour la France et pour l’Europe. La France est isolée et n’a plus d’alliés. Le tacle de Manuel Valls à Angela Merkel deux jours avant la réunion a été une faute grave qui nous a définitivement privés du soutien de l’Allemagne. Il devra répondre de cette faute car il a ainsi privé la France des moyens de défendre ses agriculteurs et de peser dans les débats du Brexit ou de l’immigration. Au Conseil, sans allié, personne ne pèse.

Mais il y a plus grave. En se coupant de l’Allemagne, le gouvernement français a privé l’Europe de son moteur traditionnel. Or sans moteur, l’Europe ne parviendra jamais à se mettre d’accord sur une stratégie commune dans cette crise migratoire qui devient une crise de civilisation. L’inefficacité de l’Europe unie fera le jeu des populistes et chaque État tentera de jouer sa carte. L’Europe peut disparaître de cet éclatement. Isolés, les États, même les plus grands, seront emportés par la vague migratoire. Au-delà de l’Union, qui peut se dissoudre de fait, c’est le modèle même de la civilisation européenne qui sera alors en danger.

Quant au Brexit, le Conseil ne fait que subir. Il se contente de traiter le sujet par de petites négociations de petite cuisine, avec pour seul projet de sauver le soldat Cameron. Qui dira que c’est pour de minables raisons internes au parti conservateur que le Premier ministre britannique a créé une telle pagaille ? Qui dira que personne ne sait mesurer les conséquences économiques du Brexit, mais que le Royaume-Uni perdra certainement plus que les autres pays européens ? Plutôt que de répondre petitement et au coup par coup au marchandage des Britanniques, l’hypothèse du Brexit pourrait être une chance : celle de mettre en œuvre une Europe plus efficace à deux vitesses. Mais pour cela il faut une volonté dont sont dépourvus le Conseil et les dirigeants des grands États, Hollande comme Merkel. Le Brexit est l’occasion de réviser les traités : pas seulement pour accorder un statut particulier au Royaume-Uni mais pour redéfinir les contours d’une nouvelle Europe. Une Europe plus intégrée et efficace avec une union économique et monétaire approfondie, un vrai gouvernement de l’euro, une union de l’énergie, un nouveau Schengen, une politique migratoire, une défense et surtout un mode nouveau de gouvernance plus démocratique. Les États de l’Union qui n’en voudront pas participeront à un second cercle, moins intégré. Les choses seront enfin beaucoup plus claires.

Les crises actuelles révèlent que les élargissements successifs ont fait de l’Union un géant de plus en plus condamné à l’immobilisme. Faire des crises, celle du Brexit ou de l’immigration, une opportunité de refondation : c’est ce que la France aurait dû défendre au Conseil. Encore une occasion ratée. Avant fermeture définitive ?

>> Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

Fotil modifié l’ortograf ?

LOGO Tribune>> Cliquez ici pour lire la tribune publiée sur le site du Huffington Post

Fotil modifié l’ortograf?

Les écoliers, collégiens et lycéens n’ont pas été épargnés depuis deux ans. Ils ont subi successivement la disparition des classes européennes, la réforme des rythmes scolaires, la modification des programmes du Collège (en particulier ceux d’Histoire), la fin de l’internat d’excellence, et la forte réduction des classes bilingues, de latin et grec. On attend aussi la fin annoncée des notes. Nivellement généralisé donc.

J’espérais que la prochaine réforme du ministre de l’Education nationale aurait eu pour but de mettre fin au naufrage d’un système qui produit chaque année 20% d’enfants incapables de maîtriser correctement notre langue.

Le gouvernement s’est effectivement attaqué à la langue. Mais pas dans le sens que nous aurions pu espérer.

La ministre nous a annoncé une réforme de l’orthographe. Ognon et plus oignon, nénufar et non plus nénuphar, paraitre et non plus paraître, leadeur et non plus leader. Dernier avatar d’une certaine école de pensée qui voit dans toute difficulté un obstacle à l’égalité, et dans toute exigence une barrière à l’ascenseur social. C’est ainsi que l’orthographe est définie par certains comme un marqueur social. Pour promouvoir l’égalité des chances, il faut rendre l’orthographe plus facile et donc moins exigeante. Abaisser les exigences pour obtenir de meilleures notes et « ouvrir » au plus grand nombre. Cette idéologie n’est pas la mienne. L’important n’est donc plus le niveau mais la massification.

[Lire la suite …]

Mon point de vue sur Schengen dans l’émission de RFI « Carrefour de l’Europe »

Au cours de ce débat sur l’avenir de Schengen, j’ai rappelé que l’immigration allait s’amplifier dans les années à venir et que la disparition de l’espace Schengen aurait un coût économique et symbolique important. J’ai plaidé pour une refondation de Schengen autour d’un groupe d’Etats restreint, capable de définir et de protéger les frontières extérieures de l’Europe.

Cliquez ici pour accéder au site de RFI

Mon opinion sur le Brexit dans l’émission « Ici l’Europe » de France 24

J’ai débattu du Brexit avec plusieurs eurodéputés britanniques. L’occasion de rappeler que la Grande-Bretagne fait partie de l’Histoire européenne mais que les britanniques ne peuvent pas rester à n’importe quel prix, sachant qu’ils bénéficient déjà d’un statut particulier. A mes yeux, un Brexit aurait inévitablement des effets négatifs, mais à long terme il présenterait des avantages pour la France et l’Europe.

Cliquez ici pour accéder au site de France 24

Toute l’Europe.eu m’interroge sur mes priorités au Parlement européen en 2016

J’ai brièvement présenté les priorités du PPE au Parlement européen pour 2016. D’un coté, nous serons mobilisés sur le marché unique numérique, un chantier législatif important, qui permettra à l’Europe de rattraper son retard dans les nouvelles technologies; de l’autre, nous mettrons tout en oeuvre pour résoudre la crise migratoire qui menace l’identité européenne.

Cliquez ici pour accéder au site de Toutel’Europe.eu

Marché unique numérique : Mettre un terme aux barrières digitales

Communiqué-de-presse-300x300 « La création d’un Marché unique numérique va permettre à l’Europe de rattraper son retard sur les États-Unis en renforçant la compétitivité de son industrie face aux géants numériques mondiaux. Aujourd’hui, nous avons posé les premières bases pour créer de futurs champions européens du numérique », a déclaré Philippe Juvin, co-rapporteur pour le Groupe PPE, à la suite du vote sur la stratégie d’un Marché unique numérique au Parlement européen à Strasbourg.

« La révolution numérique qui s’ouvre offrira un potentiel de croissance immense pour les entreprises européennes et les consommateurs. La confiance de ces derniers est d’ailleurs le pilier central du Marché unique numérique et nous devrons donc nous assurer que les citoyens bénéficient de la même protection quand ils achètent en ligne que lorsqu’ils achètent dans les magasins traditionnels. En ce qui concerne les entreprises, il est absolument indispensable de leur offrir un environnement juridique stable pour qu’elles puissent se développer par-delà les frontières européennes, sans coûts additionnels injustifiés, ni incertitude juridique », a-t-il ajouté.

« Tout au long des négociations sur ce rapport, je me suis battu pour que le rôle et la responsabilité des plateformes et des intermédiaires de l’internet soient éclaircis. Les plateformes doivent être au moins en partie responsables des contenus qu’elles diffusent. Nous devons aussi ouvrir le débat sur le partage des bénéfices liés à leur activité. La valeur générée par cet écosystème doit être partagée équitablement avec tous les ayants droit. Le transfert de valeur au bénéfice des seuls intermédiaires est injustifiable aujourd’hui ».

« Enfin, le développement de l’économie numérique doit s’accompagner d’une protection du droit d’auteur, de la propriété intellectuelle et d’une meilleure lutte contre la contrefaçon sur internet. N’oublions pas que nos industries culturelles sont nos champions économiques européens », a conclu Philippe Juvin.

Cliquez ici pour lire le communiqué en version pdf

Ma réaction aux voeux de François Hollande sur RFI

Suite aux vœux du Président de la République, j’ai notamment pu réaffirmer mon soutien à la déchéance de nationalité et rappeler que la crise identitaire dont la France souffre est majeure. L’année 2015 a été nourrie par des débats lamentables notamment sur les programmes scolaires où le Gouvernement tentait de détricoter les bases. Concernant la lutte contre le terrorisme, le Président de la République doit cesser de faire de la com’ et agir.

RFI

 

A partir de 7’50

Cliquez ici pour écouter l’interview sur le site de RFI

Le Courrier du Parlement, Décembre 2015 – Interview de Phlippe Juvin par Pauline Pouzankov

Une Courrier du Parlement

Cliquez ici pour lire l’article en version pdf