En médecine, on ne doit pas tromper la confiance des patients. En politique, c’est pareil.