Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

- Part 2

Archive pour auteur

20 ans du salon Franck Provost, géré par Monsieur Coito, place de la Liberté à La Garenne, avec la présence de Franck Provost

Résultat de la Question de la semaine

Cérémonie pour les nouveaux naturalisés à la Mairie de La Garenne

Inauguration du centre paramédical dans le quartier des Champs-Philippe à La Garenne

Ce centre paramédical a pour vocation de réunir une équipe pluridisciplinaire de 8 professionnels paramédicaux. Le centre est ouvert du lundi au samedi de 8h à 21h. Le centre permet d’obtenir une réponse complète aux troubles de l’apprentissage et offre également une réponse aux besoins locaux de soins paramédicaux pour toutes les classes d’âge.

Par ailleurs, le centre sensibilise les professionnels à la complémentarité des différents métiers, intègre et forme de jeunes diplômés à la pratique pluridisciplinaire et libérale.

Retrouvez l’émission de Public Sénat à laquelle j’ai participé pour évoquer l’actualité européenne – 22 novembre


Mardi 21 Novembre 2017 en commission IMCO au Parlement européen

Je me suis exprimé cette semaine au sein de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs (IMCO) dont je suis membre au Parlement européen.
Nous avons débattu deux textes qui visent à faciliter l’accès au marché unique pour les prestataires de services. La libre circulation des services est l’un des principes phares du marché intérieur au côté de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux. Cette liberté nous permet à tous d’exploiter l’ensemble des opportunités que nous offre le marché unique.
Dans mon allocution, j’alerte sur la nécessité de laisser aux Etats membres la pleine capacité à réguler des secteurs sensibles tels que celui de la santé.

Le métier de denturologue par exemple (professionnels offrant des services de prothèse dentaire directement aux particuliers), n’existe pas en France. Les normes ne sont pas les mêmes dans tous les Etats membres et il ne faut pas risquer qu’un alignement au niveau européen vienne dégrader la qualité des soins.


En commission IMCO (commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs) au Parlement européen ce matin

Le 10 décembre prochain, votons pour Laurent Wauquiez !

Conférence de presse hebdomadaire Les Républicains avec Bernard Accoyer et Brigitte Kuster

Résultat de la Question de la Semaine

Comité LR de la 6e circonscription des Hauts-de-Seine – vendredi 17 novembre

Laurent Wauquiez dans les Hauts-de-Seine #PrésidenceLR


Notre arrivée dans la salle avec Laurent Wauquiez et Manuel Aeschlimann

Mon discours

Discours de Laurent Wauquiez

Une magnifique marseillaise pour conclure ce meeting

Retrouvez l’émission de LCP à laquelle j’ai participé sur les Paradise Papers


Conférence de presse Les Républicains – Mardi 14 Novembre 2017

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la conférence de presse des Républicains que j’ai tenue avec Valérie Debord :

Les Républicains demandent « une publication de la liste noire des paradis fiscaux » et désirent mettre les pays qui y sont inscrits à « la diète budgétaire européenne », a annoncé mardi Philippe Juvin, porte-parole, évoquant les Paradise Papers.

« Nous voulons que les pays inscrits sur cette liste noire ne puissent plus du tout bénéficier de fonds européens ou de fonds donnés par des structures péri-européennes, je pense à la Banque centrale européenne par exemple », a-t-il expliqué, afin que « les pays inscrits sur cette liste noire soient à la diète budgétaire européenne ».
Le commissaire européen à la Fiscalité et aux Affaires économiques Pierre Moscovici a appelé mardi les États membres à adopter « dès le prochain Conseil des ministres des Finances le 5 décembre » une liste noire des paradis fiscaux assortie de « sanctions dissuasives » contre les pays qui la composeront.
Cette liste noire européenne, en gestation depuis près d’un an et demi, ne comprendrait toutefois pas de pays de l’UE.
M. Juvin s’est également félicité que « les pays européens doivent mutuellement s’informer des optimisations fiscales qu’ils autorisent » mais a demandé que ces « échanges de données fiscales pays par pays en Europe soient rendus publics ». Soucieux de dissocier la « triche fiscale » de « l’optimisation fiscale », le porte-parole LR a par ailleurs affirmé qu’« un certain nombre de cabinets d’avocats qui ont monté des optimisations fiscales très complexes (…) font leur travail » face à des « politiques fiscales inadaptées ».
Le parti souhaite que « toutes les opérations très complexes fiscales » des cabinets d’avocats soient « non pas rendues publiques » pour respecter le « secret des affaires » mais « déclarées à l’administration fiscale » pour « qu’il y ait de la transparence dans cette affaire ».

Retrouvez l’émission à laquelle j’ai participé sur LCP au sujet des commémorations des attentats du 13 novembre 2015


Résultats de la Question de la semaine

Communiqué de presse : Une liste commune LR/LREM aux prochaines élections européennes ferait « un boulevard aux anti-européens »

Une liste En Marche aux Européennes menée par Alain Juppé, comme il l’aurait proposé à Sud Ouest avant de faire marche arrière 24h plus tard ? Plus de Gauche, plus de Droite : si on veut faire un boulevard aux anti-européens, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, et créer une catastrophe au Parlement européen et en Europe, il faut continuer comme ça.
Qu’Emmanuel Macron fasse de beaux discours sur l’Europe, c’est évident mais ça ne suffit pas. Il faut des actes, du doigté, de la retenue et pas d’arrogance. Bref pour jouer un rôle en Europe, mieux vaut être Talleyrand que Jupiter.
.
Philippe Juvin 
Député européen et Porte-parole LR Europe

Cérémonie du 11 novembre à La Garenne-Colombes. Merci aux enfants, aux parents et aux enseignants qui se sont associés à la commémoration

Résultats de la Question de la Semaine

Les Vélib arrivent à La Garenne-Colombes en 2018

Article de presse : Lutte contre la contrebande : l’industrie du tabac est-elle un pompier pyromane ?

Mise à mal par le paquet neutre et l’augmentation du prix du tabac, l’industrie de la cigarette tente de reprendre la main. Les cigarettiers souhaitent participer à la lutte contre la contrebande de cigarettes, sauf qu’ils sont accusés par certains d’en tirer profit, et même de l’organiser…

Les grandes compagnies de tabac, qui ont récemment subi deux revers majeurs, avec la mise en place du paquet neutre et les mesures d’augmentation du prix du tabac, ont d’autres idées en tête pour préserver leur commerce. Les cigarettiers sont en particulier en première ligne sur le dossier de la contrebande de cigarettes. Au risque de passer pour des pompiers pyromanes.

La traçabilité des paquets dans le viseur des lobbyistes

Plus de 25% des cigarettes fumées dans l’Hexagone ne proviennent pas de l’étal d’un buraliste français. Parmi elles, environ 12% sont achetées légalement dans des pays frontaliers où le tabac coûte moins cher. Mais le reste provient pour l’essentiel de la contrebande. Ce sont donc des cigarettes achetées en masse dans des pays à moindre coût, puis vendues sous le manteau en France.

Le hic, c’est que les industriels du tabac sont accusés par les anti-tabac d’inonder ces pays à moindre coût afin d’organiser la contrebande pour vendre plus. L’exemple d’Andorre est particulièrement parlant : chaque année, environ 850 tonnes de tabac y sont importées, alors que les habitants n’en consomment que 120 tonnes, selon un rapport du cabinet d’audit KPMG.

Face à ce problème, qui fait perdre à l’État 3 milliards de recettes fiscales et rend la cigarette beaucoup plus abordable, l’Organisation mondiale de la Santé a adopté en 2012 un protocole qui indique comment organiser la traçabilité des paquets de cigarettes. Pour que celui-ci entre en vigueur et qu’il ait force de loi, 40 pays doivent le ratifier. À l’heure actuelle, 32 l’ont déjà fait, dont la France en octobre 2015.

Le hic, cette fois, c’est que le texte de l’OMS risque de se faire doubler par un autre texte, plus favorable aux cigarettiers. Un deuxième texte publié en septembre 2017 par… la Commission européenne, et sur lequel les États européens doivent se positionner. « En le lisant rapidement, on a l’impression que ce texte est bon, mais dans le détail on voit qu’il contrevient au protocole de l’OMS »,  explique l’eurodéputé LR Philippe Juvin : « Le texte permet au responsable de la traçabilité de faire une partie de son chiffre d’affaire avec les cigarettiers. Le contrôle ne serait donc pas indépendant. »

« On ne fait pas garder son poulailler par un renard » Philippe Juvin, député européen

Cette directive européenne qui aboutirait à associer les cigarettiers à leur propre traçabilité « a été négociée avec des pressions majeures du lobby du tabac », dénonce le pneumologue Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme. « Connaissant le passé de cette industrie qui a organisé la contrebande, il est hors de propos qu’on puisse lui confier la traçabilité ! » Pour le médecin, « les cigarettiers essaient à marche forcée de faire en sorte que la directive européenne soit mise en œuvre à la place du protocole de l’OMS, puis de profiter du fait accompli. »

Dans cette bataille législative, la France est favorable au protocole de l’OMS, et souhaite qu’un acteur indépendant s’occupe du marquage des paquets dès qu’ils sortent de la machine. « Au moins, sur ce dossier là, les buralistes sont avec nous », ironise Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, en pointe dans la lutte anti-tabac.

Pour faire avancer leur cause, les cigarettiers font même la publicité de leur propre système de traçabilité, baptisé Codentify. Développé par Philip Morris International (PMI), son brevet a été cédé gratuitement en 2010 aux trois autres leaders du marché (British American Tobacco (BAT), Imperial Tobacco Group (ITG) et Japan Tobacco International (JTI). Puis, en juin 2016, « il a été cédé à Inexto, petite entreprise suisse dont l’un des dirigeants est un ancien cadre de Philip Morris et dont le siège est situé dans un immeuble d’habitation de Lausanne, où habite un cadre de Philip Morris », assure Emmanuelle Béguinot, directrice du Comité national contre le tabagisme.

Leur stratégie d’ingérence : avoir des gens qui parlent à leur place pour défendre leurs intérêtsEmmanuelle Béguinot, directrice du CNCT

Un autre dirigeant d’Inexto, également ancien de Philip Morris, était justement l’un des invités à une rencontre organisée le 26 octobre 2017 à Paris, dont le thème était le « commerce illicite ». À la table également, outre Eric Woerth, le président de la commission des Finances de l’Assemblée – qui  figurait par ailleurs sur une liste publiée en septembre dernier de parlementaires bénéficiaires de cadeaux de Japan American Tobacco, comme du champagne ou des invitations à Rolland Garros -, une avocate du cabinet August Debouzy. Celui-ci a déjà défendu Philip Morris en France, et son patron, en 2015, selon cet article du JDD, avait demandé à Dominique Strauss-Kahn d’organiser une réunion entre le PDG du cigarettier et le consultant Paul Boury, « proche du gouvernement », le tout pendant les débats sur le paquet neutre.

« Le lobbying des industriels du tabac est impressionnant, estime Emmanuelle Béguinot. Dans les réunions, ils sont sur-représentés, pas forcément en tant que tels, mais via les distributeurs, ou les chambres de commerce. On n’imagine pas forcément qu’ils sont liés à l’industrie, mais ça fait partie de la stratégie d’ingérence : avoir des gens qui parlent à leur place pour défendre leurs intérêts. » Et ceux-ci sont sont aujourd’hui mobilisés pour peser sur la mise en place du futur dispositif de traçabilité des paquets.

Lettre Europe Septembre/Octobre 2017

juvin40-septembre-octobre

Cliquez ici pour télécharger la Lettre Europe de Septembre/Octobre 2017