Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes

Philippe Juvin Maire de La Garenne-Colombes Député européen

Inauguration du siège social de Hyundai France à La Garenne

Hier soir, le siège social de Hyundai France a été inauguré. C’est ainsi, la filiale française d’un géant de l’automobile (5e constructeur automobile) qui pose ses bagages dans notre Ville au sein de l’immeuble Foster.

Hyundai

Résultats du 1er tour des élections départementales

Résultats pour la Ville de La Garenne-Colombes

1er tour - LGC

 

Résultats pour le canton de Bois-Colombes / Colombes / La Garenne-Colombes

1er tour - Canton

>> Cliquez ici pour télécharger les résultats

Surêté nucléaire en Ukraine – Réponse du Commissaire européen en charge de l’action pour le climat et de l’énergie

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin

Le 3 décembre 2014, le Premier Ministre ukrainien a déclaré qu’un incident s’était produit le 28 novembre dans le troisième réacteur de la centrale nucléaire de Zaporijia. Le ministre de l’énergie a confirmé qu’il s’est agi d’un court-circuit dans le système électrique du réacteur ayant entraîné l’arrêt de la centrale. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français a fait savoir qu’il n’avait pas décelé de radioactivité inhabituelle après cet incident. Toutefois, celui-ci soulève des questions quant à la sûreté des installations nucléaires ukrainiennes.

– Considérant les recommandations formulées pour l’Ukraine après les tests de résistance des installations nucléaires conduits en 2011 et en 2012 par l’Union, comment la Commission évalue-t-elle cet incident? Quel suivi a été mis en place auprès des autorités de sûreté ukrainiennes?

– Le rapport sur les activités d’emprunt et de prêt de l’Union en 2013 mentionne la décision 2013/3496 d’octroyer un prêt Euratom en faveur du programme d’amélioration de la sûreté des réacteurs nucléaires en Ukraine. Ce prêt est-il entré en vigueur? Et que doit-il financer?

– Un prêt a été accordé en 2013 par la BERD afin de rénover le parc nucléaire ukrainien. La Commission prévoit-elle de demander une évaluation de ce prêt?

Réponse donnée par M. Arias Cañete, Commissaire européen en charge de l’action pour le climat et de l’énergie – 17 mars 2015

À la connaissance de la Commission, l’incident mentionné dans la question n’a provoqué aucun rejet radioactif et n’a pas constitué de menace pour les travailleurs, la population ou l’environnement.

En tout état de cause, la Commission attache une importance particulière au maintien du niveau de sûreté nucléaire le plus élevé en Europe et à la sûreté des installations nucléaires dans les pays voisins. L’Ukraine est invitée au deuxième atelier organisé par la Commission avec le soutien de l’ENSREG(1), qui se tiendra en avril 2015, afin de soumettre à des examens par les pairs les plans d’action nationaux élaborés sur la base des recommandations formulées après les tests de résistance. La version actualisée du plan d’action national ukrainien sera publiée sur le site internet de l’ENSREG dès sa réception par la Commission.

Le prêt mentionné dans la décision 2013/3496 n’est pas encore effectif. Les conditions préalables qui doivent être remplies pour que le prêt entre en vigueur sont en cours d’examen par les services de la Commission. Le prêt a pour but d’améliorer la sûreté de toutes les centrales nucléaires en Ukraine.

En outre, un prêt de 300 millions d’EUR, alloué par la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD), complète le financement de ce même programme dont le coût total est estimé à 1,4 milliard d’EUR. Les contrats de prêt signés par Energoatom, le bénéficiaire du prêt, prévoient la mise en place d’une unité de gestion du programme qui sera assistée par un consultant chargé de contrôler l’utilisation adéquate des prêts. Ce consultant fera périodiquement rapport à la Commission et à la BERD.

(1) Le groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire est un groupe d’experts indépendant faisant autorité, composé de hauts responsables des autorités nationales de sûreté sûreté nucléaire, de sûreté des déchets radioactifs ou de régulation de la radioprotection et de hauts fonctionnaires compétents dans ces domaines, issus des 28 États membres, ainsi que de représentants de la Commission européenne.

Question écrite à la Commission européenne concernant le taux de TVA réduit appliqué par la France sur les livres numériques

Suite à la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne d’empêcher la France d’appliquer un taux de TVA réduit sur les livres numériques, j’ai transmis à la Commission européenne une question écrite. Je considère que cette mesure freinera le développement d’un grand marché numérique européen.

Question_ecrite

Chantiers d’avenir de l’Union pour la Méditerranée – Réponse de la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de défense de l’Union et Vice-Présidente de la Commission, Frederica Mogherini

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin

Lors de son audition devant le Parlement européen, Federica Mogherini a souligné que l’Union européenne avait besoin, pour faire face aux défis euro-méditerranéens actuels, de renforcer la collaboration avec les structures de coopération régionale, telles que l’Union pour la Méditerranée (UpM) et le dialogue 5+5. Tombée dans une certaine torpeur, l’UpM a connu un nouvel élan grâce à une plus grande implication des coprésidences et des ministres de l’UpM, qui ont organisé, depuis septembre 2013, plusieurs réunions ministérielles sectorielles, notamment celle du 30 septembre 2014, consacrée au numérique.

La déclaration ministérielle adoptée à cette occasion recense un ensemble de projets concrets à soutenir: EU-MED-CONNECT projet d’interconnexion des réseaux universitaires, la charte euro-méditerranéenne des données ouvertes, la stratégie de long terme en matière d’e-santé, le développement de jumelages axés sur le numérique et un cadre euro méditerranéen d’interopérabilité, notamment en matière de signature électronique.

1. De quelle manière la Commission compte-t-elle renforcer la collaboration de l’Union avec l’UpM et amplifier le dynamisme retrouvé de cette structure régionale?
2. Les projets précités dans le domaine numérique seront-ils soutenus par le programme Horizon 2020 et l’instrument européen de voisinage?
3. La Commission envisage-t-elle de lancer une coopération industrielle euro méditerranéenne dans le domaine numérique?

Réponse de la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de défense de l’Union et Vice-Présidente de la Commission, Frederica Mogherini, 4 mars 2015

L’UE assure la coprésidence de l’UpM et a contribué, à ce titre, à la relance de l’organisation, qui s’est modernisée et qui a su revoir ses priorités. L’UpM est un espace de dialogue politique essentiel et constitue un catalyseur pour les nouveaux projets. Les réunions régulières des hauts fonctionnaires présentent un caractère unique, avec la participation d’Israël, de la Palestine, de la Turquie et de Chypre dans un esprit d’ouverture. La participation du PE, de la BEI, de la BERD et d’autres partenaires a également renforcé l’organisation. Depuis 2013, six réunions ministérielles ont eu lieu (concernant les femmes, les transports, l’énergie, l’industrie, l’environnement et l’économie numérique) et de nouvelles réunions ministérielles sont actuellement en préparation pour 2015. Les hauts fonctionnaires de l’UpM ont approuvé, en septembre 2014, la reconduction de la Jordanie à la tête de la coprésidence sud et, en décembre 2014, le renouvellement du mandat du secrétaire général.

En ce qui concerne l’économie numérique, les réunions ministérielles ont inclus ce dossier important dans le champ des domaines traités par l’UpM. Cet élargissement renforce le rôle de l’UpM en tant que tribune réunissant 43 pays cherchant à s’accorder sur les moyens de coopérer au niveau ministériel, et ce malgré un contexte politique difficile.

Certaines activités relatives aux questions évoquées dans la déclaration sont soutenues par le programme Horizon 2020 et l’IEV, comme les séminaires financés par l’IEVP sur la santé en ligne et les signatures électroniques. De même, les travaux menés par le groupe euro-méditerranéen des régulateurs (EMERG) sur les échanges en matière de cadres réglementaires dans le domaine des télécommunications continueront à être financés par l’IEV. GEANT est un réseau européen de chercheurs cofinancé par l’IEVP (infrastructures en ligne). En outre, les initiatives concernant l’administration en ligne et les données volumineuses pourraient également recourir à des infrastructures en ligne, comme évoqué lors des réunions ministérielles de l’UpM.

La coopération en matière d’économie numérique est limitée aux domaines définis dans la déclaration ministérielle. Des sujets d’intérêt commun pourront toutefois être abordés à l’avenir.

Visite du centre Emmaüs de Chatou (78)

Visite instructive du centre Emmaüs de Chatou (78) disposant d’une grande plateforme de stockage

photo 3

Projet de loi santé : Marisol Touraine doit écouter

Communiqué-de-presse-300x300

Philippe Juvin, député européen UMP : « Projet de loi santé : Marisol Touraine doit écouter. »

En réaction au projet de loi de Marisol Touraine, les professionnels de santé (médecins, internes, infirmiers libéraux, dentistes…) sont massivement descendus dans la rue hier pour manifester leur colère. Leurs revendications sont légitimes. Comment pourraient-ils maintenir une qualité de soin aussi exemplaire qu’aujourd’hui, s’ils sont noyés sous une charge de travail administratif ?

Alors que syndicats et représentants des médecins font entendre leurs voix pour défendre leurs professions, Marisol Touraine, sourde, moralisatrice, rigide et idéologique, élude et noie le débat dans des généralités.

Marisol Touraine doit écouter.

>> Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

Maison de l’Europe de Paris

J’étais, hier soir, l’invité de Mme Lalumière, Présidente de la Maison de l’Europe, afin de présenter ma vision de l’Europe et mon ouvrage « Notre Histoire, les cent dates qui ont fait la nation européenne ».

Débat sur LCP dans l’émission « Europe Hebdo » présentée par Nora Hamadi concernant les réfugiés syriens

A partir de 16’35


Europe Hebdo : Syrie : accueillir les réfugiés ? par LCP

Menace ignoble de Syriza d’inonder l’Europe de migrants : monsieur Mélenchon, madame Le Pen, êtes-vous contents de votre ami ?

Communiqué-de-presse-300x300

10/03/2015: « Menace ignoble de Syriza d’inonder l’Europe de migrants : monsieur Mélenchon, madame Le Pen, êtes-vous contents de votre ami ? » – Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« Le ministre grec de la Défense Kamménos menace d’ « inonder l’Europe » d’illégaux.

Cette déclaration de Syriza est ignoble et dévoile le vrai visage du nouveau gouvernement grec. En parlant des malheureux immigrants illégaux comme s’il s’agissait de bétail ou d’objets, Syriza montre qu’il méprise les plus pauvres des pauvres, qu’il prétend pourtant défendre, » a déclaré Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« Que pensent monsieur Mélenchon, qui siège avec Syriza au Parlement européen, ou Madame Le Pen, qui s’est félicitée de sa victoire, de cette menace d’ « inonder l’Europe de migrants » ? Monsieur Mélenchon, Madame Le Pen, êtes-vous contents de votre ami ? » a conclu Philippe Juvin.

>> Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

Visite à la direction interrégionale des douanes de Roissy

J’ai visité, hier, la direction interrégionale des douanes de Roissy, afin d’appréhender la variété et la spécificité des missions douanières sur la plus importante plate-forme aéroportuaire française.

Roissy v2

Lettre Europe – Février 2015

Cliquez ici pour télécharger la Lettre Europe de Février 2015

Jeudi 12 mars à 18h30 – Invité du cycle « Vision d’Europe » organisé par la Maison de l’Europe

Je serai jeudi 12 mars à 18h30, l’invité du cycle « Visions d’Europe » organisé par la Maison de l’Europe pour présenter ma vision de l’Europe avec mon livre « Notre Histoire. Les cent dates qui ont fait la nation européenne ».

Inscription obligatoire sur le site de la Maison de l’Europe ou par mail adressé à Héloïse Pérus : europe1@paris-europe.eu

B-THV-IIQAAW233

Coopération UE-Turquie face à la menace djihadiste – Réponse de la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de défense de l’Union et Vice-Présidente de la Commission, Frederica Mogherini

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin

Trois djihadistes français présumés, arrêtés fin août en Turquie, sont arrivés le 23 septembre à Marseille sans être inquiétés par la police française. Alors qu’ils devaient monter à bord d’un vol à destination de Paris, le commandant de bord a refusé de les embarquer, les policiers turcs ayant omis de présenter un document nécessaire à leur expulsion. Les djihadistes ont alors été enregistrés sur le vol suivant à destination de Marseille sans que la police française n’en soit apparemment informée. À leur arrivée à l’aéroport de Marseille, les trois hommes n’ont pas été arrêtés suite à une défaillance du système de lecture des passeports Cheops (Circulation hiérarchisée des enregistrements opérationnels de la police sécurisés).

1. Comment l’Union européenne compte-t-elle améliorer la coopération avec les autorités turques concernant le contrôle des djihadistes européens en Turquie et leur retour en Europe?

2. L’Union compte-elle urgemment relancer le dialogue euro-turc par une coopération accrue sur les enjeux actuels de sécurité au Moyen-Orient?

3. Face à la menace liée au retour des djihadistes en Europe, l’Union ne devrait-elle pas lancer un exercice de tests de résistance et de performance des boucliers antiterroristes nationaux et des systèmes de lecture des passeports dans les aéroports européens?

Réponse de la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de défense de l’Union et Vice-Présidente de la Commission, Frederica Mogherini, 25 février 2015

La Turquie joue un rôle clé dans la lutte globale contre le terrorisme, notamment en ce qui concerne le flux de combattants étrangers européens ralliant des groupes terroristes en Syrie et en Iraq. Des discussions avec la Turquie sur les moyens de renforcer la coopération opérationnelle relative à l’échange d’informations ont été menées dans le cadre du dialogue politique instauré entre l’UE et la Turquie et au cours de réunions ad hoc.

Dans ses conclusions du 16 décembre 2014, le Conseil s’est félicité du dialogue actif sur la lutte contre le terrorisme qu’entretiennent l’UE et la Turquie et de l’échange de bonnes pratiques sur la prévention de la radicalisation et du recrutement de terroristes. Il a également souligné que l’adoption par la Turquie de lois supplémentaires en matière de lutte contre le terrorisme, y compris en ce qui concerne la protection des données, renforcera encore la coopération opérationnelle.

Comme l’ont fait remarquer la haute représentante et les commissaires Hahn et Stylianides lors de leur visite en Turquie les 8 et 9 décembre 2014 et à l’issue du Conseil des affaires étrangères du 19 janvier, l’UE est résolue à collaborer toujours plus étroitement avec la Turquie sur ces questions, tant au niveau bilatéral qu’au niveau régional.

Le bon fonctionnement des équipements de contrôle des frontières, y compris des systèmes de lecture des passeports, est un élément essentiel des contrôles effectués dans les aéroports de l’UE. L’efficacité de ces dispositifs est régulièrement vérifiée dans le cadre du mécanisme d’évaluation de Schengen.

La France bonnet d’âne avec la Bulgarie, a jusqu’en mai pour donner des gages

Communiqué-de-presse-300x300

25/02/2015: Diagnostic de la Commission européenne : « La France bonnet d’âne avec la Bulgarie, a jusqu’en mai pour donner des gages » – Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« La commission européenne vient donc de donner son verdict. Sur 28 états membres qui composent l’Union européenne, la Commission européenne considère que 16 d’entre eux, en plus de la Grèce, présentent un déséquilibre macroéconomique » a déclaré Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« La Commission européenne classifie les déséquilibres économiques des États européens sur une échelle de zéro (pas de déséquilibre) à 6 (déséquilibre grave avec mise en œuvre d’une procédure contraignante à l’encontre des États). Aujourd’hui, la Commission européenne n’a classé aucun pays à 6.

Mais la France hérite quand même du chapeau d’âne, se classant dernière avec un déséquilibre macro-économique coté à 5, à égalité avec… la Bulgarie » a-t-il ajouté.

« Cette dernière place de notre pays, en la compagnie d’une Bulgarie connue pour son très grand retard économique, est la conséquence logique de la politique menée depuis plus de deux ans par François Hollande.

Contrairement à la communication du gouvernement qui prétend que la France a obtenu deux ans de plus, la Commission européenne écrit noir sur blanc qu’elle se réserve la possibilité d’annoncer des poursuites contre la France dès le mois de mai.

La lecture du diagnostic de notre pays fait par la Commission européenne est terrible : déficit galopant, dette qui met en danger toute la zone euro, disparition des marges de profit des entreprises. Surtout, la Commission européen pointe sans ambiguïté l’absence de décision politique du gouvernement français (« the insufficient policy response ») », a expliqué Philippe Juvin.

« La France bonnet d’âne avec la Bulgarie : la réussite de François Hollande est malheureusement totale… Il faut une autre politique à la France », a conclu Philippe Juvin.

>> Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

Jours fériés à la carte : où serait l’indivisibilité d’une République qui célébrerait des racines à la carte ?

Communiqué-de-presse-300x300

Voilà donc le dernier projet à la mode des amis du Gouvernement : gommer la référence aux fêtes chrétiennes dans le calendrier de la République, et permettre à des régions d’adopter des jours fériés particuliers.

Ce projet fou pose deux problèmes.

Premièrement, comment ignorer que c’est bien l’héritage mêlé de la Grèce, de Rome, de la Chrétienté et des Lumières qui a fait la République ? Affirmer cela, ce n’est pas contredire la République, c’est la comprendre. Depuis toujours, la France distingue dans son calendrier des jours particuliers pour célébrer ses racines : certains sont liés à l’histoire de la République, d’autres ont des racines chrétiennes, plus anciennes.

Comme l’écrivait Marc Bloch, « deux catégories de Français ne comprendront jamais l’Histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. » Aujourd’hui, ceux qui prétendent gommer les fêtes chrétiennes du calendrier officiel sont ceux qui refusaient de vibrer au souvenir du sacre de Reims.

Leur croisade contre les racines chrétiennes de notre pays se pare des oripeaux de l’égalitarisme, au nom de la nécessité de mettre à égalité toutes les religions dans notre République laïque. Oui, toutes les religions sont à égalité de droit, et c’est très bien ainsi. Mais nier ce que la République laïque doit à la religion chrétienne est bien une réécriture de l’Histoire.

Deuxièmement, comment accepter que des régions célèbrent des évènements particuliers ? La Nation est une et indivisible, parce qu’on célèbre partout une même Histoire. Où serait l’indivisibilité d’une République qui célébrerait des racines à la carte ?

Alors que l’unité de notre pays est gravement menacée par le communautarisme, vouloir permettre à chaque communauté de pensée de célébrer sa fête de calendrier est une voie dangereuse. La Nation est unie par son Histoire, disait Renan. Il est dangereux de la fragmenter sous le poids des demandes communautaires. Même et d’abord pour les laïques, la remise en cause des fêtes de tradition chrétienne est une opération de démolition de la Nation.

>> Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

Interview dans l’émission « Planisphère » présentée par Jean-Louis Thieriot sur Radio Notre Dame

Interview au sujet de mon livre « Notre Histoire. Les cent dates qui ont fait la nation européenne ».


>> Cliquez ici pour écouter l’interview sur le site de Radio Notre Dame

Interview dans l’émission « Seul contre tous » sur Sud Radio présentée par Dimitri Pavlenko

A partir de 27’50

>> Cliquez ici pour voir l’interview sur le site de Sud Radio

Interview dans Télématin sur France 2 concernant le Plan Orsan

Déclenchement du plan Orsan dans les hôpitaux

>> Cliquez ici pour voir l’interview sur le site de France TV

Plan Orsan : où étiez-vous Madame Touraine pendant cette épidémie ?

Communiqué de presse

Les services d’urgence sont submergés depuis quatre semaines. Partout en France les patients s’entassent aux urgences. Le nombre d’hospitalisés a été triplé. La grippe frappe, sérieuse, tous les âges et particulièrement les personnes âgées.

Chaque hôpital et chaque service a dû s’organiser dans son coin sans aucun soutien du ministère. Les besoins en lits d’hospitalisation sont énormes, l’offre est inadaptée et les pouvoirs publics ont observé sans bouger. Plus grave, même les lits de réanimation manquent.

La seule information que l’on trouve sur le site du ministère date du 23 janvier ! Et elle recommande de façon absurde aux personnels de santé « d’éviter les contacts rapprochés » avec les personnes malades … ! Comment soigner les gens sans contact rapproché ?

Des recommandations absurdes, un manque cruel de lits dans les hôpitaux, une Ministre aux abonnés absents qui arrive tardivement, comme les carabiniers. Les professionnels de santé sont abandonnés par une Ministre qui s’est isolée des réalités. Pendant ce temps là, la grippe frappe et les urgences coulent.

>> Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse

Stabilité du Liban – Réponse de la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de sécurité de l’Union et Vice-Présidente de la Commission européenne, Frederica Mogherini

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin

Selon le baromètre du voisinage de l’Union européenne, la plupart des Libanais (55 %) considèrent l’Union comme un partenaire crucial. 43 % font confiance à l’Union européenne, plus qu’à d’autres institutions internationales comme la Ligue arabe (21 %), l’ONU (40 %) ou l’OTAN (19 %). L’Union européenne s’est engagée, de longue date, pour assurer la sécurité, la stabilité et la prospérité au Liban, mais le Pays du Cèdre est aujourd’hui déstabilisé en raison des incertitudes politiques au sommet de l’État, de la menace de Daech et de l’afflux de réfugiés venus de Syrie, d’Irak et de Palestine, « au-delà des capacités d’absorption » du pays selon les termes du Premier ministre Tammam Salam.

1. Le 28 octobre, l’ONU a relevé le niveau de l’aide financière nécessaire pour maintenir la stabilité des voisins de la Syrie. Comment l’UE compte-t-elle répondre à cet appel en ce qui concerne le Liban et aider ce pays à scolariser les enfants de réfugiés face au « risque de génération perdue »?

2. Le Liban, centre de gravité du Moyen-Orient, est un lieu stratégique des jeux d’équilibre régionaux. Alors que la France et l’Arabie saoudite ont signé un contrat d’aide à l’armée libanaise, comment l’Union compte-t-elle aider le Liban à défendre son territoire et lutter contre le terrorisme?

Réponse de la Haute-Représentante pour la politique étrangère et de sécurité de l’Union et Vice-Présidente de la Commission européenne, Frederica Mogherini, 12 février 2015

L’UE est pleinement déterminée à soutenir l’initiative «Non à une génération perdue» et a adopté, le 4 décembre 2014, trois mesures spéciales pour un montant total de 180 millions d’euros, dont 73 millions d’euros seront octroyés au Liban, pour faire face aux conséquences de la crise syrienne en Syrie même, au Liban et en Jordanie. Cette aide, en très grande partie axée sur l’éducation, sera apportée par l’intermédiaire du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Depuis 2012, l’UE a alloué, au titre de l’instrument de voisinage, 247,15 millions d’euros au Liban pour l’aider à faire face à la crise en Syrie. La moitié de cette somme vise à soutenir le secteur de l’éducation à travers les trois agences onusiennes susmentionnées. L’Union européenne se réjouit de l’engagement et de la détermination des agences de sécurité libanaises à maintenir la stabilité et la sécurité dans le pays. L’UE est déterminée à aider le Liban à réformer le secteur de la sécurité au moyen d’une aide organisationnelle au développement apportée aux forces armées libanaises, d’un soutien à des missions de nature civile menées par l’armée et d’actions en matière de déminage et de gestion des frontières. À l’heure actuelle, les activités en cours dans le secteur de la sécurité s’élèvent à 16 millions d’euros et un montant supplémentaire de 29 millions d’euros a été engagé. L’UE répondra également à l’appel du Liban pour un soutien accru dans la lutte contre le terrorisme. Des projets concrets sont en cours d’élaboration.

Débat sur LCP dans l’émission « Politique Matin » présentée par Patrick Chêne

A partir de 17′