Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes

Philippe Juvin Maire de La Garenne-Colombes Député européen

Tribune de Philippe Juvin « Charlie: éviter la grande confusion des sentiments » traduite en différentes langues

Tribune de Philippe Juvin « Charlie: éviter la grande confusion des sentiments » reprise par le Huffington Post traduite en différentes langues

>> Version anglaise
>> Version espagnole
>> Version allemande
>> Version italienne
>> Version polonaise

Version française :
Il y a quelques mois, le caricaturiste français Cabu était à La Garenne-Colombes, la ville près de Paris dont je suis maire. Il présentait une collection de dessins originaux sur le jazz et dédicaçait son livre sur le même sujet. Vif, malicieux et bienveillant. Il n’avait pas déçu son auditoire. Avec les gens intelligents, même (et surtout ?) aux idées politiques opposées aux siennes, on passe toujours un bon moment.

Il y a quelques semaines, deux individus l’abattaient froidement. En trois jours, 17 malheureux étaient victimes des mêmes hommes. Plusieurs jours après, les Français, accompagnés de nombreux représentants de pays amis, étaient des millions à défiler.

Avec quelques moments de recul, quelles leçons tirer de ce grand drame ?

[Lire la suite …]

« Les urgences de Pompidou font mieux avec du neuf », article paru le 27 janvier 2015 dans Libération

Par Eric Favereau
le 26/01/2015

Liberation

>> Cliquez ici pour découvrir l’article sur Libération

Tribune sur Huffington Post « Charlie: éviter la grande confusion des sentiments »

RELIGIONS – Il y a quelques mois, Cabu était à La Garenne-Colombes, la ville dont je suis maire. Il présentait une collection de dessins originaux sur le jazz et dédicaçait son livre sur le même sujet. Vif, malicieux et bienveillant. Il n’avait pas déçu son auditoire. Avec les gens intelligents, même (et surtout ?) aux idées politiques opposées aux siennes, on passe toujours un bon moment.

Mercredi 7 janvier, deux individus l’abattaient froidement. En trois jours, 17 malheureux étaient victimes des mêmes hommes. Plusieurs jours après, les Français étaient des millions à défiler.

Avec quelques moments de recul, quelles leçons tirer de ce grand drame ?

Premièrement, les terroristes étaient français. Ils étaient nés et avaient grandi dans notre pays. Ils étaient allés à la même école que vous tous, qui me lisez, et avaient été bercés aux mêmes valeurs que vous avez vous-mêmes reçues. lls avaient sans doute appris la Marseillaise et on leur avait enseigné, pour paraphraser Marc Bloch, le sacre de Reims et la Fête de la Fédération. Bref, des maîtres dévoués à leur mission avaient voulu en faire de bons citoyens. Pourtant, c’est au nom de la détestation de la France qu’ils ont commis leurs attentats. Ces évènements sont donc d’abord une faillite de notre système d’intégration.

[…]

>> Cliquez ici pour lire la suite de la tribune sur le site du Huffington Post

Élections en Grèce: « Non, contrairement à ce qu’affirment les populistes, la victoire du parti Syriza en Grèce n’est pas un désaveu pour l’Europe »

26/01/2015: Élections en Grèce: « Non, contrairement à ce qu’affirment les populistes, la victoire du parti Syriza en Grèce n’est pas un désaveu pour l’Europe » – Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« La victoire du parti Syriza aux élections législatives grecques du 25 janvier 2015 n’est pas, contrairement aux fantasmes du Front National et du Front de Gauche, l’annonce d’un « Grand Soir européen », a déclaré Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

« Les eurodéputés Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont empressés de saluer « le résultat historique » de ce scrutin, qui constitue selon eux une sanction démocratique contre la politique d’austérité de Bruxelles. Les eurosceptiques oublient que Syriza, au-delà de sa rhétorique révolutionnaire, promet de remédier au caractère profondément dysfonctionnel de l’État grec tout en restant dans la zone euro. Ils oublient aussi que les négociations européennes sur l’allègement de la dette grecque ne pourront aboutir que si Aléxis Tsípras engage des réformes structurelles dans son pays.

C’est d’ailleurs l’ancien Premier ministre conservateur, Antónis Samarás, qui a initié les réformes en Grèce, en adoptant des mesures courageuses qui commencent à porter leurs fruits. Il en subit aujourd’hui les conséquences politiques, mais il restera dans l’Histoire comme celui qui a ouvert la voie au changement, à l’image de Gerhard Schröder en Allemagne », a expliqué l’eurodéputé.

« Les tentatives grossières de récupération politique ne changeront rien au fait que la Grèce, comme la France, doit poursuivre l’assainissement de ses finances publiques, et que l’Union européenne se tiendra aux côtés du nouveau gouvernement grec pour l’aider dans cette tâche » a-t-il ajouté.

« Rester dans l’euro et faire des réformes : voilà ce qui distingue Syriza de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélanchon » a conclu Philippe Juvin.

>> Téléchargez le communiqué

Investissement en ligne – Réponse du Commissaire européen en charge de la stabilité financière, des services financiers et de l’union des marchés de capitaux

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin

Le 13 octobre 2014, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a publié une étude sur les résultats des investisseurs particuliers sur la négociation de CFD (contrat sur la différence) et de Forex (marché des changes) en France. Cette étude a été lancée suite à de nombreuses plaintes reçues de clients séduits par l’investissement en ligne et ayant finalement perdu des sommes d’argent importantes. Entre 2009 et 2012, il apparaît ainsi que près de neuf clients sur 10 ont été perdants. 13 244 particuliers ont perdu non moins de 175 millions d’euros, soit une perte de 10 900 euros par personne. Les épargnants floués ont, en outre, très peu de chances de récupérer leur argent, la plupart des sociétés de trading étant basées dans des pays ne coopérant pas avec la justice française. L’AMF a décidé de lancer une campagne de sensibilisation dont le slogan sera « Le risque est au bout du clic ».

1. L’Union dispose-t-elle d’informations comparables au niveau européen?
2. Face à la complexité des marchés des changes et au niveau de risque extrêmement élevé de ces instruments financiers, comment l’Union compte-t-elle protéger les investisseurs privés européens et encadrer les activités des plateformes d’investissement en ligne?

Réponse du Commissaire européen en charge de la stabilité financière, des services financiers et de l’union des marchés de capitaux, Jonathan Hill – 8 janvier 2015

La Commission ne dispose pas d’informations concernant l’ensemble de l’UE sur les pertes subies par des investisseurs particuliers suite à des investissements en ligne dans des produits FX . Toutefois, la Commission suit ces questions de près et l’AEMF a publié des avertissements destinés aux investisseurs sur des questions connexes.

Les entreprises proposant des produits définis par la MiFID comme instruments financiers doivent être agréées par leur autorité nationale et respecter des règles de conduite et d’organisation destinées à protéger les investisseurs (transparence sur les coûts, exécution au mieux, conflits d’intérêts, traitement des plaintes). Les entreprises qui enfreignent les obligations qui leur sont imposées par la directive MiFID peuvent être renvoyées par les consommateurs devant leurs juridictions nationales, le Médiateur des services financiers ou l’autorité nationale, suivant le cas.

En vertu des nouvelles règles prévues dans la version révisée de la directive MiFID , la Commission est en train d’élaborer des actes délégués pour préciser davantage l’éventail des produits couverts par la directive MiFID, notamment en établissant la frontière entre contrats de change au comptant et dérivés. Cela permettra de clarifier à quelles activités et à quels produits les règles de protection des investisseurs s’appliquent. La Commission a pris diverses initiatives au cours des dernières années afin de renforcer la protection des investisseurs et la connaissance des produits financiers complexes. Par exemple, la directive MiFID II impose aux entreprises d’investissement d’apprécier si leurs produits répondent aux besoins d’un marché cible défini de clients et habilite l’AEMF et les autorités nationales à interdire ou restreindre certaines activités financières ou la distribution de certains instruments financiers potentiellement préoccupants pour la protection des investisseurs. Ces mesures s’appliquent également aux services d’investissement en ligne.

En outre, le règlement (UE) n° 1286/2014 imposera la transmission d’un document d’information clair et concis aux investisseurs particuliers avant que ceux-ci n’investissent dans de tels produits.

Voeux aux Communautés religieuses à La Garenne

J’ai réuni, hier soir, les représentants des cultes afin de leur présenter mes vœux.
L’occasion de rappeler que la laïcité n’est pas la négation des religions.

Voeux communautés religieuses

Lettre Europe Janvier 2015

>> Cliquez ici pour télécharger la lettre de Philippe Juvin

Rachat massif des dettes par la BCE : « un démenti cinglant aux démagogues eurosceptiques »

« La BCE devrait annoncer aujourd’hui un programme de rachat de dette inédit dans la zone euro. En rachetant des dettes souveraines, elle va donner de l’oxygène aux économies européennes » a déclaré Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen

« Cette mesure doit être saluée: en rachetant de la dette souveraine, la BCE va pousser les investisseurs vers des actifs plus risqués, susceptibles d’aider à soutenir l’économie de la zone euro.

Mais attention, cette mesure ne doit être l’occasion, pour les mauvais élèves de la zone euro, comme la France, de relâcher les réformes et les efforts d’équilibre budgétaire. Au contraire, le gouvernement français doit profiter de cette mesure européenne pour réformer plus et mieux. La décision de la BCE ne doit pas être l’occasion pour les socialistes français de retomber dans leurs démons habituels, à savoir reléguer au second plan ce qui doit être fait pour l’assainissement budgétaire et la compétitivité de notre pays. François Hollande va devoir résister à sa majorité ! » a expliqué l’eurodéputé.

« Cette mesure de la BCE est enfin un nouveau démenti cinglant à tous les démagogues qui, de M. Mélenchon à Mme Le Pen, soutiennent que l’Europe ne protège pas et qu’il faut la fin de l’euro. Ces rachats de dette pourraient atteindre 900 milliards d’euros. Quel pays, seul, pourrait dégager de telles marges de manœuvre ? Aucun : en matière économique et budgétaire, la bonne échelle d’action est bien l’échelle européenne », a conclu Philippe Juvin.

>> Téléchargez le communiqué

Interview sur France Culture dans le journal de 12h30 d’Antoine Mercier

>> Ecouter l’interview sur le site de France Culture

PNR: « Double langage : hier, les eurodéputés socialistes bloquaient le PNR au Parlement européen et aujourd’hui, Laurent Fabius en exige l’adoption rapide !

« Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a « espéré » lundi que les événements récents en France et en Belgique allaient conduire le Parlement européen à débloquer l’adoption du fichier commun des passagers aériens (PNR)… Il a déclaré : « Le PNR est bloqué au Parlement européen. Nous espérons, compte tenu de ce qui s’est passé en France, en Belgique et ailleurs, que le Parlement européen va comprendre qu’il faut débloquer ce PNR ».

Cette déclaration est incroyable ! Car ce sont les députés européens socialistes, c’est à dire la famille politique de Laurent Fabius, avec les eurodéputés des Verts, du MoDem, et du FN (!), qui ont bloqué le PNR au Parlement européen en 2013 ! Seuls, des eurodéputés français, ceux de l’UMP ont soutenu cette initiative », a expliqué Philippe Juvin, eurodéputé UMP-PPE.

« Bref, discours dur à Paris, mais tolérance coupable envers les dangers terroristes en Europe… Cet exemple de double langage est habituel : on tient un discours à Paris et on en soutient un autre, opposé en Europe.

Après avoir tout fait pour faire échouer le PNR européen, les socialistes se lamentent maintenant de son absence… » a indiqué l’eurodéputé.

« L’UMP est heureuse de voir toute la classe politique, des socialistes au Front national, se convertir enfin à la cause de la sécurité européenne. Mais l’UMP dénonce aussi ce double langage qui est intolérable », a conclu Philippe Juvin.

>> Téléchargez le communiqué

Interview sur Echo of Europe

Retour sur les PNR avec l’eurodéputé Philippe Juvin et retour sur les groupes djihadistes qui se cachent derrières les attentats explications avec Samuel Laurent.

Play Music – Free Audio – Emission du 17 janvier 2015

Débat sur RFI dans l’émission « Carrefour de l’Europe » avec Daniel Desesquelle

Quelles réponses européennes, après l’attentat contre Charlie Hebdo ?

>> Cliquez ici pour découvrir l’interview sur le site de RFI

Interview sur Public Sénat dans l’émission « 24H Sénat » présentée par Delphine Girard

Comment l’école peut transmettre les valeurs de la République ?

A partir de 13’28

Sécurité/ PNR: « Après Charlie, l’incroyable double langage du gouvernement français sur la sécurité à l’échelle européenne »

« Bernard Cazeneuve a déclaré qu’il souhaitait que la France facilite l’accès de la police aux données de passagers aériens à travers la mise en place d’un dispositif appelé PNR (Passenger Name Record). Cet outil, en vigueur aux USA, au Canada et au Royaume-Uni, est une arme très précieuse et efficace contre le terrorisme. Nous soutenons sans réserve cette proposition, mais nous dénonçons un incroyable double langage des socialistes » a déclaré mercredi Philippe Juvin, porte-parole des eurodéputés UMP.

« Car entre les déclarations martiales du ministre à Paris et les actes du parti socialiste, il y a un gouffre. De façon constante, au Parlement européen, les socialistes français ont voté contre le PNR européen, qui est pourtant la seule arme efficace contre le terrorisme ».

« En 2012, avec le MoDem, les verts et le Front National (!), ils ont voté contre l’utilisation des données des passagers par les États-Unis. En 2013, ils ont voté contre un PNR commun aux pays européens. En 2014, avec le MoDem, les verts et le Front National, ils ont différé la possibilité donnée au Canada d’utiliser les données des passagers européens…. Bref, discours dur à Paris, mais tolérance coupable envers les dangers terroristes sur le terrain ».

« Après avoir tout fait pour faire échouer le PNR européen, les socialistes se lamentent maintenant de son absence… Et le premier ministre, pour faire bonne mesure, se félicite de la mise en place d’un PNR français. Or celui-ci sera peu efficace puisqu’il ne détectera pas, par exemple, le Djihadiste français qui aura la bonne idée d’aller prendre l’avion pour la Syrie en dehors du territoire national. Il est de plus prévu que les données ne seront utilisables par la police que pendant cinq ans (10 ans au Royaume-Uni!) et qu’il ne comportera pas quelques informations fondamentales comme la nature Halal des repas, pour des raisons idéologiques ».

« Bref, après avoir empêché le PNR européen de marcher, les socialistes proposent un PNR français borgne et unijambiste ».

« Les socialistes français ont donc fait échouer l’Europe de la sécurité. Ils tentent maintenant de cacher cette vérité honteuse », a conclu Philippe Juvin.

>> Téléchargez le communiqué

Notre Histoire: les cent dates qui ont fait la nation européenne

B6ng5CKCEAEP_ub

LES CRITIQUES DE LA PRESSE

Critiques 2

Refus de respecter la minute de silence dans les écoles : la ministre de l’Education nationale truque les chiffres

D’après l’Education nationale, des incidents auraient eu lieu dans 70 établissements scolaires en France (sur 64.000) au moment de la minute de silence en hommage aux morts de la semaine dernière.

Ces chiffres sont probablement très éloignés de la réalité. De partout viennent des témoignages d’élus, en particulier d’élus locaux, qui montrent que la contestation a été bien plus générale.

J’appelle le ministère de l’Education nationale à publier les vraies statistiques, en demandant expressément aux recteurs d’enquêter sur la réalité des sifflets et des refus de se recueillir.

Cela fait des années qu’on nie la réalité de l’islam radical en France. J’espérais que les événements auraient poussé le Gouvernement à un peu plus de courage dans l’analyse de cette réalité.

Car il n’est plus possible de nier ; les tueurs de la semaine dernière sont nés en France et sont allés à l’école de la République où ils ont été nourris de ses valeurs. Et pourtant, ils ont tué en vomissant celles-ci.

L’Education nationale doit absolument pouvoir connaitre le mal si elle veut le combattre. Le trucage des chiffres et la sous-estimation grossière des contestations dans les écoles, en empêchant une prise de conscience qui pourrait être salutaire, lui interdit d’agir. Le peuple veut que ça change. Après l’émotion, il faut des actes. Ces actes commencent par la vérité. À défaut, nous continuerons à fabriquer des Kouachi.

>> Téléchargez le communiqué

Interview sur RFI dans l’émission « Livre international » de Piotr Moszynski

>> Cliquez ici pour découvrir l’interview sur le site de RFI

Ceux qui excluent le Front National de l’hommage à Charlie Hebdo ne sont pas des démocrates, mais des crétins

Tout le monde est le bienvenu à la manifestation en hommage à Charlie Hebdo. Exclure le Front National est inacceptable: il représente des Français qui ont toute leur place dans l’union nationale face à l’islamo-fascisme.

Il faut cesser de voir les ennemis de la démocratie là où ils ne sont pas. Le Front National a la légitimité de la démocratie pour participer aux grandes messes nationales. Affirmer cela, ce n’est pas adhérer à ses idées. Mais l’ostraciser, c’est le victimiser et lui faire une publicité crétine, à courte vue et bien généreuse.

>> Téléchargez le communiqué

Interview sur TV5 Monde dans la rubrique Grand Angle de l’émission 64′ le monde en français de Mohamed Kaci

A partir de 11′

Patrimoine culturel irakien – Réponse du Commissaire européen en charge de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin

Comme l’a indiqué la directrice générale de l’UNESCO, lors du colloque du 29 septembre 2014 sur le patrimoine irakien en danger, « l’Irak, mosaïque culturelle et berceau de civilisation, est aujourd’hui victime d’une guerre contre la culture » et d’un « nettoyage culturel ». En effet, les patrimoines culturels islamique, chrétien, kurde ou juif sont intentionnellement détruits ou attaqués par les djihadistes de Daech. Des sites culturels comme la tombe du prophète Jonas à Mossoul, des palais assyriens ainsi que des églises et d’autres monuments ont été détruits et pillés. En outre, Daech réalise des fouilles pour vendre des objets sur les places européennes et asiatiques afin de financer ses activités terroristes.

1.Comment l’Union européenne compte-elle lutter contre le trafic illicite de biens culturels (statues, vestiges) en provenance d’Irak, notamment dans le cadre de la coopération policière et douanière entre pays européens et avec le reste du monde?
2.Quelles actions seront prises pour lutter plus précisément contre le trafic de ces biens culturels sur l’internet?
3.L’Union a-t-elle l’intention de sensibiliser les musées européens, le marché de l’art en Europe et les citoyens européens sur ce problème, et de sanctionner le commerce illicite d’objets culturels irakiens?

Réponse du Commissaire européen en charge de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, Mr Avramopoulos – 23 décembre 2014

Conformément à la résolution 1483 (2003) du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), tous les États Membres doivent prendre les mesures voulues pour faciliter la restitution, en bon état, aux institutions iraquiennes des biens culturels iraquiens, notamment en frappant d’interdiction le commerce ou le transfert de ces objets. Ladite résolution est transposée dans la position commune 2003/495/PESC du Conseil et le règlement (CE) n° 1210/2003 du Conseil. Par ailleurs, l’EIIL figure sur la liste des groupements affiliés à Al-Quaida dressée par les Nations unies et fait l’objet de sanctions en vertu de la résolution 1390 (2002). Conformément à ce régime de sanctions, appliqué dans l’UE par l’intermédiaire du règlement (CE) n° 881/2002, tous les États sont tenus d’interdire la mise à la disposition de l’EIIL de fonds ou de ressources économiques, y compris, mais pas exclusivement, le commerce de biens culturels.

L’UE a pris toute une série de mesures à cette fin, telles que la décision-cadre 2008/841/JAI. De plus, en décembre 2011 , le Conseil a élaboré une liste de points de contact pour lutter contre le trafic de biens culturels, et le «cycle politique de l’UE pour lutter contre la grande criminalité internationale organisée», qui favorise la coopération opérationnelle entre les autorités répressives des États membres, travaille également sur cette question. Une étude réalisée par le Centre de recherche sur le droit du patrimoine culturel (CECOJI-CNRS) souligne que l’internet permet d’acheter des biens culturels sur des sites web de vente aux enchères en ligne et recommande d’introduire une obligation pour les sites de vente en ligne de publier un message d’avertissement. Le projet «Psyche», financé par l’UE au titre du programme ISEC, a aussi pour objectif d’améliorer l’échange d’informations sur les œuvres d’art volées en mettant au point une base de données d’Interpol.

Pour ce qui est de la sensibilisation des professionnels des musées, l’UE apporte son soutien financier au Conseil international des musées (ICOM), observatoire international dans le domaine du trafic illicite de biens culturels, qui a dressé une liste rouge des antiquités iraquiennes en péril afin de permettre la reconnaissance d’objets pouvant provenir d’Iraq.

Interview sur France Info dans l’émission « En direct de l’Europe » de Anja Vogel

Tribune dans le Figarovox : Crèche de Noël

Crèche de Noël : le témoignage du maire de La Garenne Colombes

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le tribunal administratif de Melun a été saisi par la fédération départementale de la Libre Pensée, qui dénonce la présence d’une crèche de Noël dans l’hôtel de ville. Philippe Juvin, maire de La Garenne Colombes, qui connait un débat similaire, témoigne.

Un débat curieux vient d’agiter la commune dont je suis maire (La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine).
Je me suis en effet rendu coupable d’un acte d’une gravité exceptionnelle, véritable forfaiture dans la gestion de la commune: j’ai autorisé l’installation d’une crèche grandeur nature sur le domaine public, devant l’Eglise de la ville…

Heureusement, les courriers de protestation vigilante n’ont pas tardé.
Cette crèche, m’a-t-on écrit, est un acte de «prosélitysme». Elle porte gravement «atteinte à la laïcité» (ben voyons). Le même courrier moralisateur, peu avare en lieux communs, me rappelait que la laïcité est (merci, je suis au courant) un «fondement de la République».

Ce courrier me demandait le déménagement immédiat de cette dangereuse crèche au nom de mon «engagement citoyen (quel rapport?), de ma lucidité (merci de m’en créditer) et de ma responsabilité» (bigre!). Fermez le ban.

>> Cliquez ici pour lire la suite de la tribune sur le site du Figaro