Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

Philippe Juvin Maire de La Garenne-Colombes Député européen

Invité de la matinale d’Itélé ce jeudi 23 février 2017


Philippe Juvin : Bayrou « a peur de ne pas faire… par ITELE

Réunion du Comité départemental Les Républicains à Suresnes le mercredi 22 février

Echanges entre les euro-députés français et François FILLON : pour exister, la France doit devenir la 1ère puissance européenne d’ici 10 ans

La Garenne-Colombes avec François Fillon

La Garenne-Colombes est pleinement mobilisée dans la campagne de François FILLON autour de Laurent ZACAROPOULOS et de Jack LAGADIC. Des opérations de terrain sont organisées toutes les semaines et nous avons reçu le lundi 20 février Isabelle DEBRE, Vice-Présidente du Sénat et Co-Présidente du Comité de soutien de François Fillon dans le 92, pour une réunion de travail.

Résultats de la Question de la Semaine

« L’EUROPE AU CŒUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE » Compte-rendu de la conférence du 2 février 2017 organisée par Sorbonne Communication

La conférence « L’Europe au cœur de l’élection présidentielle » organisée par Sorbonne Communication en partenariat avec le Taurillon, Toute l’Europe, le Parlement européen et la Représentation de la Commission européenne en France, portait sur la place de l’Europe dans la campagne présidentielle française. Partant du constat qu’elle avait été très peu évoquée pendant la Primaire de la Droite et du Centre et à peine plus au cours de la Primaire de la Belle Alliance Populaire (gauche), les intervenants ont avancé des pistes de réflexion.

Pourquoi l’Europe est délaissée dans la campagne présidentielle ?

Selon Edouard Bourcieu, représentant de la Commission européenne en France pour les questions commerciales, il y a ici un réel paradoxe car l’Europe est pourtant bel et bien au cœur des préoccupations des citoyens. Alors que les principaux débats de la campagne présidentielle s’articulent autour de sujets européens (sécurité, migration, économie, etc.), les candidats ne sont que rarement interrogés par les journalistes sur la place qu’ils souhaitent donner à l’Europe pour répondre à ces défis.

Philippe Juvin, deuxième invité de cette conférence et député Les Républicains (LR) / Parti Populaire Européen (PPE) au Parlement européen, s’est attaché quant à lui à souligner la complexité de l’Union européenne, qui rend son fonctionnement quasiment incompréhensible. Afin d’illustrer son propos, le député prend l’exemple de certains discours selon lui trop technocratiques prononcés par certains de ses collègues du Parlement ou par des journalistes. Il critique également « les discours euro-béats qui rendent l’Union illisible ». Cependant, le député nuance son intervention en reconnaissant que l’Europe est souvent utilisée comme bouc émissaire, montrant l’ambiguïté du personnel politique qui ne loue l’Union que quand elle sert son propos. Selon Philippe Juvin, ce n’est pas parce que les institutions fonctionnent mal qu’il faut arrêter de croire dans le projet européen : l’Europe est un moteur de puissance pour les « petits » États (entendus à l’échelle des grandes puissances mondiales), justifiant la nécessité d’œuvrer à la perpétuation de la puissance européenne « Il faut que les vieux États européens continuent d’éclairer le monde ».

Henri Weber, ancien député européen du Parti Socialiste (PS) / Socialistes & Démocrates (S&D), rétorque que dire que l’Europe marche mal c’est ne pas assumer, voire cacher, qu’il y a une différence entre le discours que les responsables politiques tiennent devant les médias et ce qu’ils vont réellement négocier à Bruxelles. Pour lui l’Europe est tout à fait présente dans la campagne : il y a ceux qui sont pour une sortie de l’Union et qui prônent un nationalisme de repli (à l’extrême droite ou à l’extrême gauche), et d’autres qui considèrent que pour faire face aux « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon) et aux puissances continentales, il faut rassembler les Européens pour affirmer notre souveraineté à l’échelle mondiale. En ce sens, le moteur franco-allemand doit, selon lui, continuer à jouer ou rejouer un rôle moteur comme il l’a été à travers l’histoire de la construction européenne.

Rendre l’Europe plus politique

Antoine Vauchez, quatrième et dernier invité de cette conférence, Directeur de recherche au CNRS au Centre européen de sociologie et de science politique (Université Paris 1-Sorbonne-EHESS), remarque que l’Europe n’est pas traitée en tant que telle (comme objet ou comme projet politique) mais plutôt comme un instrument dont on peut choisir de se servir ou pas. Elle est donc présente dans les programmes, mais il n’y a pas de méthode : comment fait-on de la politique européenne ? Comment réoriente-t-on le projet européen ? Comment repense-t-on le tandem franco-allemand ? Antoine Vauchez souligne ici qu’aucun programme présenté à ce jour ne commence par un diagnostic sur l’Europe. Les candidats ne posent pas la question de la gouvernance de l’Union et du comment ils proposent d’exercer cette gouvernance une fois élus.

Philippe Juvin réagit à ces propos en disant que l’Union est un objet institutionnel et non politique, et encore moins un objet politique de puissance. La gouvernance serait trop diluée avec 28 Commissaires et un Parlement européen qui ne possède pas de majorité absolue. Pour lui, la France n’occupe pas une place assez forte sur la scène européenne et il est nécessaire d’augmenter sa présence dans les institutions et l’administration européenne. [1] Antoine Vauchez rebondit sur le problème qui est évoqué ici en disant qu’il y a effectivement une responsabilité des élites et des médias qui font de l’Europe un objet ennuyeux, mais elle n’est pas toujours maltraitée. En profitant pour citer Jacques Delors, qui fut président de la Commission européenne de 1985 à 1995 : « On ne tombe pas amoureux du Marché unique ». L’enjeu réside dans la façon dont on parle de l’Europe et dont on la montre.

On touche ici un problème récurrent : le manque d’information et de connaissance de l’Union européenne et surtout de ses politiques. Pourtant, l’échelle européenne est parfois la plus pertinente pour promouvoir certaines positions par les États sur la scène internationale. Etienne Bourcieu nomme alors l’exemple des indications géographiques protégées fortement défendues par la France et dont la notion a été reprise dans l’accord commercial entre l’Union Européenne et le Canada (le CETA).

Les Européens doivent aussi impérativement se rassembler pour faire face aux nouveaux défis (numérique, biotechnologies, économie circulaire, etc.), mais également pour élaborer « une politique continentale de sécurité et de défense pour lutter contre le djihadisme ou la puissance russe ». Henri Weber est convaincu que c’est en proposant et en mettant en œuvre une stratégie de politique européenne concrète que les candidats pourront reconquérir l’opinion publique sur ces sujets.

Les européens doivent être fiers de l’Union Européenne

Philippe Juvin pointe du doigt le fait que l’un des problèmes majeurs réside dans le fait que les Européens ne sont pas collectivement fiers de l’Union européenne. C’est pourquoi il propose qu’une histoire européenne commune soit enseignée à l’école dès le plus jeune âge. Mais les États étant vite rattrapés par leur égoïsme, il paraît difficile de mettre ce type de politique éducative en place à l’échelle européenne.

Edouard Bourcieu, constate quant à lui un problème d’incarnation et d’appropriation de l’Europe au travers de figures politiques par les citoyens. Le système des « Spitzenkandidaten » tente bien de répondre à ce problème en insufflant une nouvelle dynamique, mais le véritable test se fera aux élections européennes en 2019.

Antoine Vauchez va plus loin en disant que l’Europe est dépeinte comme un objet négatif, or « cette thématisation critique de l’Europe s’est transnationalisée » et c’est peut-être cela le plus inquiétant finalement. Un certain nombre d’organisations nationales telles que des partis politiques, des syndicats ou des associations refusent de prendre le parti de l’Europe et de participer à la construction d’identités européennes, car ils jugent que cette dernière ne produit pas les résultats attendus. Etienne Bourcieu intervient alors pour dire qu’il est indéniable que des gagnants mais aussi des perdants de la mondialisation existent, mais que c’est bien en se rassemblant que les Européens pourront les accompagner et remédier à ce problème.

Enfin, les questions avec la salle furent nombreuses mais essentiellement orientées sur les aspects économiques de l’Union Européenne et les difficultés qui les accompagnent. Il y a aujourd’hui en effet une asymétrie entre la facilité à construire des marchés et la grande difficulté à les réguler. L’Union est donc accusée de tous les maux, mais Henri Weber rappelle que sans la volonté des États Membres rien ne peut changer, et de terminer par ces mots : « l’Union européenne c’est avant tout l’adhésion à un système de valeurs dont il faut se pénétrer » et tendre vers une fédération d’États-nations.

Par Louise Guillot

Notes

[1Le parti Les Républicains propose une Europe à deux vitesses composée d’un premier cercle intégré (les pays de la zone Euro) et un deuxième cercle moins intégré (celui du Marché unique).

Résultats de la Question de la Semaine

Mon déplacement au Liban

Économie numérique : l’UE doit palier son retard !

« Les plateformes en ligne jouent aujourd’hui un rôle central dans l’économie numérique. Certaines d’entre elles, dont Facebook, font partie des plus grandes entreprises du monde et il est essentiel d’avoir une réflexion approfondie sur leurs avantages mais également sur les préoccupations qu’elles peuvent entrainer » a déclaré Philippe Juvin, en amont d’une audition sur le sujet, organisée ce mercredi 8 février au Parlement européen.

Intitulé « Comment faire de l’UE un leader de l’économie numérique ? », cet événement permettra d’échanger avec les acteurs de ce secteur, notamment Google et Ebay, les entreprises qui utilisent ces services ainsi que les consommateurs. Il s’inscrit dans le cadre d’un rapport sur les plateformes numériques, pour lequel Philippe Juvin est rapporteur en commission du Marché intérieur au Parlement européen.

« Cette audition est une excellente occasion de dresser un état des lieux de l’évolution de l’univers numérique de ces 15 dernières années. Assistons-nous à une véritable « plateformisation de l’économie » (avec les réseaux sociaux, les comparateurs en ligne….) ?  Notre droit positif est-il à même de répondre aux nouveaux enjeux induits par cette révolution numérique ? Les réponses apportées au cours du débat enrichiront la réflexion pour définir, dans mon rapport, l’écosystème numérique européen de demain », a expliqué Philippe Juvin.

« Seulement 4% des plateformes en ligne sont européennes. Il est temps pour l’Europe de s’imposer face aux géants américains et asiatiques, en définissant une véritable stratégie numérique. Nous avons besoin de faire émerger des leaders européens du secteur et je compte sur le Commissaire Jyrki Katainen pour nous détailler les objectifs et moyens de la Commission à ce sujet, de même qu’un calendrier d’action », a conclu Philippe Juvin.

Le rapport de Philippe Juvin sur les plateformes numériques sera présenté en commission du Marché intérieur le 20 mars prochain.

Invité sur LCI dans la Revue de Presse Politique

 

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’interview :

Résultats de la Question de la Semaine

Lancement des Jeunes avec Fillon dans les Hauts-de-Seine

Invité de Laurence FERRARI sur Itélé

 

Retrouvez ci-dessous le replay de l’interview


L’invité de Laurence Ferrari du 26/01/2017 par ITELE

Soirée de vœux avec les militants de la 3e circonscription des Hauts-de-Seine

Conférence : L’Europe au cœur de l’élection présidentielle – Jeudi 2 février à la Sorbonne

N’hésitez pas à vous inscrire en cliquant sur le visuel !

COMMUNIQUE DE PRESSE : « Brexit : Pendant que Theresa May prépare la guerre, le gouvernement français se tait »

Theresa MAY a enfin donné sa position sur le Brexit. Il faut d’abord interpréter cette sortie comme un message adressé à ses concitoyens pour les rassurer sur le fait que le Brexit aura bien lieu. Mais c’est aussi un message qu’elle a souhaité envoyer à l’ensemble des Européens.

Aux Européens, elle a expliqué qu’elle ne demandait officiellement rien, et ne sacrifierait aucun de ses objectifs à l’accès au marché européen. Le faisant, elle s’est mise en position de force par rapport aux négociateurs européens; puisqu’elle ne demande rien, on ne peut rien exiger d’elle.

Mais attention, en prétendant ne rien exiger, elle va tenter de faire son marché en picorant dans l’acquis communautaire dont elle ne pourra plus bénéficier. De plus, elle va essayer de brûler les plus belles pièces de la maison avant de la quitter.

Face aux Britanniques, il va falloir être forts car les négociations seront difficiles. Pourtant la France est à cette heure muette, le gouvernement préférant se passionner pour la primaire de gauche.

La négociation avec la Grande-Bretagne devrait être une première étape de la refondation de l’Europe. Mais où est la France dans ce grand débat ? Nulle part, comme d’habitude.

Philippe JUVIN
Porte-parole des Républicains en charge des questions européennes
Député Européen

 

Invité de JJ Bourdin sur RMC pour évoquer l’épidémie de grippe

Retrouvez mon interview après le journal de 9h (à partir de 3mn30, en cliquant sur le visuel ci-dessous) :

Invité de RFI pour débattre de la sécurité sociale

Retrouvez mon intervention sur RFI en cliquant sur ce lien http://www.rfi.fr/emission/20170110-securite-sociale

Situation de la chaîne Euronews en langue persane

LOGO QE

Alors que le Moyen-Orient connaît des bouleversements majeurs qui affectent directement l’Europe, la chaîne télévisée « Euronews » diffusée en langue persane risquerait une fermeture imminente et un transfert vers une version uniquement numérique.
Ce transfert affecterait grandement l’objectif de la chaîne puisque l’accès à internet dans cette région reste souvent très limité.
Étant donné la mise en œuvre de l’accord international sur le nucléaire avec l’Iran, et la nécessité d’approfondir les relations entre ce pays et l’Union, cette chaîne constitue un moyen de communication efficace entre l’Europe et la population iranienne pour diffuser des valeurs européennes telles que les droits de l’homme, la démocratie ou encore l’égalité entre les hommes et les femmes. Il convient d’ailleurs de souligner que la chaîne est également diffusée jusqu’en Afghanistan. Dans un appel d’offres émis en octobre 2010, la Commission s’était engagée à soutenir la diffusion d’Euronews en langue persane.
La Commission peut-elle confirmer qu’elle continuera à appuyer les initiatives visant à maintenir la diffusion de ladite chaîne en persan?

Réponse donnée par M. le Vice-Président ANSIP au nom de la Commission (09.01.2017)

La Commission renvoie l’honorable parlementaire à sa réponse à la question écrite P-7681/16. Au printemps 2017, Euronews mettra en œuvre un nouveau modèle de production qui lui permettra de faire preuve d’une plus grande souplesse entre ses versions linguistiques. Ce modèle de production s’inscrit dans le cadre d’une stratégie d’entreprise plus large qui vise à assurer la stabilité financière de la chaîne. La Commission a été rassurée, tant par la chaîne que par les résultats d’un audit de performance, quant au fait que les changements apportés par le nouveau modèle de production sont susceptibles d’être conformes aux objectifs de l’UE et au statut d’Euronews en tant que seule chaîne télévisuelle diffusant des informations sous un angle paneuropéen.

Le nouveau modèle de production prévoit le passage au numérique de quelques versions linguistiques, y compris le persan. Selon les chiffres d’audience disponibles, le persan est la quatrième langue la plus populaire sur Euronews, toutes plateformes numériques confondues. Cette version linguistique a reçu 4,8 millions de visites au cours du premier trimestre de 2016 et compte 234 000 abonnés sur les réseaux sociaux. Selon les résultats de l’audit de performance, la stratégie numérique de la chaîne a atteint une croissance remarquable «particulièrement adaptée au contexte politique et social de l’Iran», pays où la population urbaine a une meilleure connaissance des services numériques par rapport au reste de la population. En avril 2016, une étude visant à analyser le service de télévision d’Euronews en langue persane a conclu que les personnes qui connaissent l’existence d’Euronews sont généralement des personnes instruites de la classe moyenne, qui sont davantage connectées.

La Commission demeure résolue à financer des actions fortes et efficientes à valeur ajoutée prouvée en Europe et ailleurs, tel que le nouveau service numérique d’Euronews en langue persane.

Mon discours lors de la soirée de remerciement des bénévoles de la Primaire


Soirée de remerciement des bénévoles de la Primaire… par CLS2086 Merci à Christophe Lesage pour ces images !

Soirée de remerciements des bénévoles qui ont tenu les bureaux de vote durant la Primaire !

Résultats de la Question de la semaine