Philippe Juvin, le Blog
Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

loi bachelot | Le blog de Philippe Juvin

Tag Archives: loi bachelot

Philippe Juvin au débat sur le financement de l’hôpital public (Public Sénat, 2 octobre 2012)

Philippe Juvin débat avec Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France, Béatrice Crickx, chef de service de dermatologie à l’hôpital Bichat-Claude Bernard et Laurence Cohen, sénatrice (CRC) du Val de Marne suite à la publication dans les colonnes du Parisien Magazine d’un appel « pour des états généraux de la santé » par 130 médecins sur la question du financement de l’hôpital public.

>> Revoir le débat sur Public Sénat

Mardi sur LCI à 17h pour débattre de la loi HPST

lciDébat avec le Pr Grimaldi et Eve ROGER du Nouvel Obs sur loi HPST à 17h, mardi 12 mai

Tribune du Figaro : « Une réforme indispensable pour sauver l’hôpital public »

Cliquez pour agrandir

tribune

France Inter : débat sur la loi Bachelot

france-interRetrouvez l’intégralité du débat :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les propos absurdes de François Bayrou sur le projet de loi Hôpital de Roselyne Bachelot

Le Pr Philippe Juvin, Secrétaire national de l’UMP, dénonce les propos absurdes de François Bayrou sur le projet de loi Hôpital de Roselyne Bachelot.

Pour le Secrétaire national, « en jugeant que le président de la République « s’attaque aux services publics avec une logique de rentabilité et de concurrence » à travers ce projet de loi, François Bayrou démontre non seulement qu’il n’a pas du tout compris les objectifs de la loi Bachelot mais surtout qu’il ignore tout de l’hôpital. »

Le Pr Juvin poursuit : « Le projet de loi Bachelot veut au contraire permettre, par une meilleure organisation du travail à l’hôpital, d’améliorer la qualité des services offerts aux Français. Nous avons la chance d’avoir en France un hôpital public performant avec des professionnels de grande compétence. Mais certains dysfonctionnements subsistent et on ne peut les laisser en l’état. Comment peut-on prétendre que tout va parfaitement bien à l’hôpital et qu’il ne faut rien remettre en question après les drames récents qui ont mis en exergue ces dysfonctionnements ? Qui va faire croire cela aux familles ? »

Et de conclure : « Que François Bayrou cesse de jouer au coucou en se greffant sur tous les mouvements de protestation. Mais qu’il fasse ses propositions, lui qui n’a jamais rien osé réformer quand il était ministre. »

La loi Bachelot permet de sauver l’hôpital public en l’organisant mieux

[kaltura-widget wid= »4oqixz9w7k » width= »260″ height= »252″ addpermission= »3″ editpermission= »3″ /]
L’opposition à la loi Bachelot est curieuse.

 

Elle est curieuse car très protéiforme, et agrège des arguments contraires.

Certains prétendent par exemple que la loi Bachelot va conduire à la privatisation de la santé (alors que rien dans le texte ne peut laisser suggérer cela), et d’autres  qu’elle va au contraire étatiser la santé avec un ministre super puissant qui disposera des médecins comme bon il voudra. La vérité est forcément entre les deux …

L’opposition à la loi Bachelot est curieuse car elle lui reproche des mesures prises par d’autres textes. Ainsi est-il reproché à la loi la suppression des services hospitaliers (prévue en fait depuis 2005), le mode de financement des hôpitaux (voté dans l’ONDAM à l’automne dernier) ou la nécessité pour les hôpitaux de trouver un équilibre financier (prévue dans le code de la santé publique …).

La réalité est plus simple : beaucoup craignent le pouvoir donné au directeur. Mais cette crainte, me semble-t-il, n’est pas fondée. La loi prévoit au contraire le renforcement d’un binôme directeur – président de CME (qui est médecin).  Le directeur étant in fine le responsable de la bonne ou de la mauvaise santé de l’établissement.

La loi Bachelot apporte de la simplification à un mode de gouvernance actuel qui souvent ne permet pas aux décisions d’être prises. C’est pourquoi je crois que cette loi peut permettre à l’hôpital public de mieux travailler.

PUBLIC SÉNAT : DÉBAT AUTOUR DE LA LOI BACHELOT

Les propos caricaturaux du Professeur Debré

Le Pr Juvin dénonce les propos caricaturaux du Pr Debré.
Le Pr Philippe Juvin, Secrétaire national de l’UMP, dénonce les propos caricaturaux du Pr Debré sur la loi Bachelot : « Bernard Debré se trompe quand il dit que la loi Bachelot va réduire le pouvoir des médecins : la vérité est que le n°2 dans les hôpitaux sera désormais systématiquement un médecin. De même, la loi Bachelot garantit que les médecins auront la majorité au directoire, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Les pouvoirs des chefs de pôle, eux-aussi médecins, seront renforcés.»

Philippe Juvin ajoute : « que le Pr Debré arrête ses contre-vérités, ou qu’il lise enfin les textes qu’il est amené à voter. Mais dans tous les cas, qu’il cesse de critiquer le projet de Bachelot au motif qu’il n’est toujours pas ministre de la santé… »

Le Pr Juvin conclut : « cessons ces querelles de mandarins, tout le monde sait qu’il faut réformer l’hôpital. Alors réformons».

Cap24 : la parole est à vous !


cap24

Je serai demain sur tv cap 24 dans le magazine la parole est à vous présenté par Frank Dalmat à 17h30 (rediff lendemain 8h00 et 12h , le 24 à 21h25, le 25 20h30, 26 fevrier 11h00) : Thème « Docteur , y a urgence ! » l’accès aux soins des franciliens

ARTE : Reportage sur les urgences de l’hôpital Beaujon

“Débat du Jour” sur RFI : la réforme de l’hôpital

images Retrouvez l’intégralité du débat :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

RTL : journée spéciale hôpital

jpg_rtl

Retrouvez l’intégralité du débat :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

FRANCE BLEU IDF “L’INVITÉ EN QUESTION”, L’HÔPITAL

UMP : l’hôpital

France 3 : l’hôpital est-il en faillite ?

I-Télé : Faut il avoir encore confiance dans l’hôpital ?

[kaltura-widget wid= »ghvddcs1e8″ width= »410″ height= »364″ type= »whiteblue » addPermission= »3″ editPermission= »3″ /]

Pratis TV : Y-a-t-il un pilote dans l’hôpital ?

LCI : problèmes d’organisation dans les hôpitaux

[kaltura-widget wid= »y5l6x4rob0″ width= »410″ height= »364″ addpermission= »3″ editpermission= »3″ /]

I-Télé – Décès à l’hôpital : à qui la faute ?

J’appelle à refuser les polémiques face au décès du nourrisson survenu à l’hôpital Bullion

Le Pr Philippe Juvin, Secrétaire national de l’UMP et chef de services de l’hôpital Beaujon appelle à refuser les polémiques face au décès du nourrisson survenu à l’hôpital Bullion. « C’est avant tout un drame humain pour l’enfant, pour sa famille et pour la communauté hospitalière dans son ensemble. »
Pour le Secrétaire national, « il n’y a pas, contrairement à ce qui continue à être dit, de manque de moyens à l’hôpital. L’hôpital doit mieux s’organiser et c’est l’objet de la future loi Bachelot ».

Au-delà de cette nouvelle tragédie, le Pr Juvin rappelle que « plus la médecine est performante, plus il y a malheureusement de risques d’accidents liés à la technicité de plus en plus grande des soins. Près de 5% des hospitalisations en France sont dues à des accidents médicaux. Plus on repousse les frontières de la médecine, plus on s’expose à des accidents médicaux. Mais il ne faut pas se résigner : la France doit désormais se doter des outils d’analyse des accidents médicaux. D’autres pays l’ont fait comme les Etats-Unis. Pour améliorer la sécurité des patients, il faut analyser les accidents médicaux avec rigueur, afin d’en tirer toutes les leçons. Cela s’est fait depuis 20 ans en anesthésie : la mortalité liée à cette spécialité a été divisée par dix par la simple mise en œuvre de recommandations issues des analyses des accidents. Une telle démarche de « retour d’expérience » ou « d’analyse du risque » doit aujourd’hui se faire dans tous les domaines médicaux. Là encore, c’est bien d’une meilleure organisation et d’une analyse des pratiques dont nous avons besoin, et pas de moyens supplémentaires.»

Philippe Juvin ajoute que « Roselyne Bachelot m’a justement annoncé qu’elle demanderait une analyse des accidents survenus ces dernières semaines pour en tirer les leçons. »

Le Secrétaire national de l’UMP conclut : « si l’on ne veut plus de que de tels drames se reproduisent à l’avenir, il faut mieux organiser les soins et analyser avec rigueur tous les accidents médicaux pour en tirer toutes les leçons : ce sont les objectifs de la loi Bachelot.»

Manque de pilotage à l’hôpital : la loi Bachelot mettra fin aux absurdités de fonctionnement de l’hôpital

L’UMP, par la voix du Pr Philippe JUVIN, Secrétaire national du parti majoritaire et chef du service des urgences à l’hôpital Beaujon, apporte son soutien au projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires » que Roselyne BACHELOT présentera bientôt au Parlement.

Il faut tirer les leçons du drame de Massy. Il faut sortir du seul débat des moyens : l’argent ne résout pas les problèmes de fond. C’est le mal français de penser que l’argent est seul gage d’efficacité ! L’hôpital souffre d’un grave défaut d’organisation. Par exemple, qui décide quels lits peuvent fermer et quand ? Aujourd’hui : personne et tout le monde. L’hôpital public, c’est encore trop de petits chefs inefficaces et rarement un pilote régional capable d’imposer une vision stratégique. L’hôpital souffre aussi d’une articulation insuffisante avec les soins de ville et les structures de convalescence et de retraite.

Comment faire ? La loi BACHELOT qui est en discussion répond à ces objectifs : donner à l’hôpital une organisation, une stratégie et une direction. Bref, un pilote.

Pour sauvegarder l’hôpital public, il faut le réformer. Lui donner du sens. C’est l’objet de la loi Bachelot. Je fais la proposition à tous ceux qui croient au service public hospitalier à se réunir autour d’une table, à enrichir cette loi de leurs réflexions et à construire l’hôpital de demain. Pour que dorénavant jamais aucun drame ne se reproduise par défaut d’organisation.

AFP – Décès d’un patient cardiaque à Massy: un problème d’organisation selon l’UMP

afpPARIS, 29 déc 2008 (AFP) – La mort samedi d’un homme qui avait dû attendre six heures son admission en réanimation témoigne d’un manque de « pilotage régional » des hôpitaux, a estimé l’UMP dans un communiqué lundi. Attribuer à « un manque de moyens » le décès de ce patient cardiaque de Massy (Essonne) est « incroyablement malhonnête », selon le secrétaire national Philippe Juvin.

M. Juvin, par ailleurs chef du service des urgences de l’hôpital Beaujon à Clichy (Hauts-de-Seine), met en garde contre la « récupération politicienne » de cette affaire. « La vérité, écrit-il, est que l’hôpital manque cruellement de pilote. Par exemple, aussi incroyable que cela puisse paraître, personne ne centralise aujourd’hui les fermetures de lits pendant les vacances. Chaque hôpital décide dans son coin. Sans se préoccuper des besoins de la population et de ce que fait l’hôpital voisin ».

Un « pilotage régional » est, selon lui, nécessaire « pour que tous les hôpitaux ne ferment pas leurs lits en même temps, et pour que la sécurité des Français soit assurée sans trou dans l’organisation ».

L’UMP attend de la future « loi Bachelot » sur l’offre de soins un « chef d’orchestre » pour exploiter au mieux les « moyens considérables » de l’hôpital, conclut-il.
cs/so/bg