Situation des chrétiens en Syrie – Réponse de Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères

Question avec demande de réponse écrite de Philippe Juvin à la Commission européenne – 1er juillet 2014

La Syrie est un des pays où la situation des chrétiens s’est le plus détériorée en 2013, passant du 36e au 11e rang dans l’Index mondial de persécution présenté en janvier 2013 par l’association chrétienne Portes Ouvertes. Représentant 8 % de la population syrienne avant le début du conflit, les chrétiens constituent aujourd’hui une minorité particulièrement vulnérable, qu’on les considère comme des soutiens au régime de Bachar Al-Assad ou comme trop neutres.

Dans le cadre de ses orientations relatives à la promotion et à la protection de la liberté de religion ou de conviction adoptées le 24 juin 2013, comment l’Union européenne compte t elle peser pour sauvegarder l’existence de la communauté chrétienne de Syrie et lutter contre les actes de violence perpétrés à son encontre, permettre aux chrétiens de Syrie de rester dans leur patrie ou d’y retourner en sécurité et garantir, plus largement, le droit à la liberté religieuse en Syrie?

Quel soutien financier a été et sera accordé dans le cadre de l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme pour améliorer la situation des chrétiens en Syrie?

Réponse de Catherine Ashton, Haute Représentante/vice-présidente au nom de la Commission européenne – 22 septembre 2014

L’Union européenne est extrêmement préoccupée par la tragédie que vivent les minorités chrétiennes en Syrie. Le Conseil européen et la haute représentante/vice-présidente ont condamné avec la plus grande fermeté les atrocités commises à l’encontre de minorités religieuses ciblées et ont exprimé la détermination de l’UE à défendre les droits de l’homme et à veiller à ce que les auteurs de violations généralisées et systématiques des droits de l’homme répondent de leurs actes.

L’UE est résolue à poursuivre les efforts de solidarité considérables qu’elle déploie envers les populations vulnérables en Syrie, notamment les minorités religieuses ciblées. Les institutions et les États membres de l’UE continuent d’être le fer de lance de la réaction internationale à la crise et ont mobilisé plus de 2,87 milliards d’euros pour financer l’aide à la reconstruction et les secours en faveur des populations concernées sur le territoire syrien et dans les pays voisins.

Plus particulièrement, la CE agit en faveur de la liberté de religion ou de conviction, entre autres par des projets soutenant des organisations de la société civile qui s’inscrivent dans le cadre de l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH). Elle octroie également une aide financière aux défenseurs des droits de l’homme, notamment des droits des personnes appartenant à des minorités religieuses. La Syrie reste une priorité au titre de cet instrument.