Refus de respecter la minute de silence dans les écoles : la ministre de l’Education nationale truque les chiffres

D’après l’Education nationale, des incidents auraient eu lieu dans 70 établissements scolaires en France (sur 64.000) au moment de la minute de silence en hommage aux morts de la semaine dernière.

Ces chiffres sont probablement très éloignés de la réalité. De partout viennent des témoignages d’élus, en particulier d’élus locaux, qui montrent que la contestation a été bien plus générale.

J’appelle le ministère de l’Education nationale à publier les vraies statistiques, en demandant expressément aux recteurs d’enquêter sur la réalité des sifflets et des refus de se recueillir.

Cela fait des années qu’on nie la réalité de l’islam radical en France. J’espérais que les événements auraient poussé le Gouvernement à un peu plus de courage dans l’analyse de cette réalité.

Car il n’est plus possible de nier ; les tueurs de la semaine dernière sont nés en France et sont allés à l’école de la République où ils ont été nourris de ses valeurs. Et pourtant, ils ont tué en vomissant celles-ci.

L’Education nationale doit absolument pouvoir connaitre le mal si elle veut le combattre. Le trucage des chiffres et la sous-estimation grossière des contestations dans les écoles, en empêchant une prise de conscience qui pourrait être salutaire, lui interdit d’agir. Le peuple veut que ça change. Après l’émotion, il faut des actes. Ces actes commencent par la vérité. À défaut, nous continuerons à fabriquer des Kouachi.

>> Téléchargez le communiqué