Question écrite sur la lutte contre les cancers pédiatriques

Question écrite de Philippe Juvin cosignée par Glenis Willmott et Antonyia Parvanova sur la lutte contre les cancers pédiatriques envoyée à la Commission européenne

D’après le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (1), les pathologies tumorales constituaient, en 2011, la deuxième cause de mortalité chez les enfants âgés de 1 à 14 ans. Elles représentaient 21% des décès chez les garçons et 20% chez les filles. Chaque année, près de 2500 nouveaux cas de cancers pédiatriques sont recensés en France, dont 1700 chez les enfants âgés de 1 à 14 ans. Pour cette dernière catégorie, on constate un nombre comparable de 1600 cas diagnostiqués par an au Royaume-Uni (2).

Les rares données existantes à l’échelle européenne nous permettent de constater que la situation est encore plus dramatique dans certains pays d’Europe de l’Est où les incidences de cancer sont plus importantes.

Le nombre de cancers pédiatriques augmente de 1 à 3% par an en Europe depuis 30 ans avec une accélération constatée depuis 2010.

Force est de constater que les enfants sont les grands oubliés de la lutte contre le cancer. Par exemple, pour le cas de la France, seulement 2% des fonds alloués à la recherche contre le cancer sont consacrés aux cancers pédiatriques.

Les raisons principales de cette situation sont:
– un manque cruel d’individualisation des traitements et une inadéquation de certains protocoles de traitements.
– un manque et un arrêt des recherches de nouvelles molécules pour le traitement des cancers pédiatriques pour des motifs de non-rentabilité.
– une absence de traitement chimio thérapeutique adapté aux enfants et efficace.
– un financement national et européen trop faible de la recherche (fondamentale, translationnelle et clinique) spécialisée et des subventions à trop court terme.

  1. Vu le manque d’indicateurs et de données à l’échelle de l’Union européenne sur l’apparition des cancers pédiatriques, les taux de mortalité et les traitements disponibles, la Commission européenne pourrait-elle lancer une étude d’impact?
  2. Devant la gravité de la situation, la Commission européenne a t-elle l’intention de légiférer dans ce domaine? Si oui, quelles sont ses priorités?
  3. La Commission européenne pourrait-elle envisager de créer une ressource spécifique qui permettrait de financer des programmes et des actions de recherche dans la lutte contre les cancers pédiatriques?
  4. La Commission européenne pourrait-elle envisager de dédier une proportion plus importante de financements à la recherche dans le cancer pédiatrique?
  5. La Commission européenne voit-elle d’autres initiatives qui pourraient être mises en place à l’échelle de l’Union européenne et/ou des Etats membres dans ce domaine

(1) Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 7 juin 2011/n°22: http://www.invs.sante.fr/beh/2011/22/beh_22_2011.pdf
(2) Cancer Research UK, 14 novembre 2012: http://www.cancerresearchuk.org/cancer-info/cancerstats/childhoodcancer/incidence/