Nomination de Pierre Moscovici comme Commissaire européen: « On ne nomme pas un tenancier de bar à la tête d’une œuvre de salubrité publique »

« Le Ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, a manifesté son scepticisme quant à une possible nomination, par le Président de la République, de Pierre Moscovici au poste de Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires. Wolfgang Schäuble n’a fait qu’exprimer l’inquiétude et l’incompréhension de tous nos voisins devant ce projet fou de François Hollande.

La nomination de l’ancien Ministre français de l’économie au poste de Commissaire européen serait en effet une aberration pour trois raisons.

Pendant les deux ans où il a été à Bercy, la France a été dégradée deux fois par les agences de notation et placée sous « surveillance renforcée » par la Commission européenne. Le nommer serait donner une très mauvaise image de la France et affecter son crédit dans le débat européen.

La France est aujourd’hui « l’homme malade » de l’Europe et elle menace la stabilité de toute la zone euro. Par son poids économique (20% du PIB de la zone euro), par sa faible croissance, par son incapacité à dégager des excédents commerciaux, l’Hexagone met en danger la reprise économique dans l’UE. Monsieur Moscovici, pendant deux ans, n’a défendu aucune réforme ambitieuse pour l’économie française. Après avoir tué la compétitivité et la croissance en France, comment pourrait-il aujourd’hui être le symbole de la compétitivité et de la croissance en Europe ?

Enfin et surtout, le Commissaire européen devra veiller à la bonne application par les États des règles communes et même prendre des sanctions contre les plus récalcitrants. Or, quand il était ministre, Pierre Moscovici s’est constamment assis sur les recommandations de la Commission. Quelle légitimité aura-t-il pour imposer aux autres ce qu’il a refusé de s’imposer à lui-même ?

Pour toutes ces raisons, la délégation française du PPE s’opposera à la nomination de Pierre Moscovici à un poste de Commissaire européen.

On ne nomme pas un tenancier de bar à la tête d’une œuvre de salubrité publique », a déclaré l’eurodéputé UMP Philippe Juvin, porte-parole de la délégation française du Groupe PPE au Parlement européen.

>> Téléchargez le communiqué