Les tontons flingueurs (réédition)

Drôle de journée : j’apprends par la presse que la CME de l’APHP a voté, tenez-vous bien, une motion condamnant mes propos dans le JDD. J’ai bien lu : une vraie condamnation en place publique. Et moi qui croyais que cela ne se faisait plus. J’adore la mode rétro. D’ailleurs, je revois toujours avec plaisir les Tontons flingueurs.
Je ne cache pas qu’il aurait d’abord été plus correct d’apprendre directement d’un de mes collègues la décision de la CME de mon établissement. Délicatesse confraternelle, d’autant que j’y ai des amis. A part quelques uns, que je remercie, qui l’ont fait sous le sceau du secret, aucun collègue membre de la CME n’a eu en effet le temps/courage de me passer un coup de fil pour me lire cette motion …
De plus, le procédé est assez curieux : un jugement avant procès. Etait-il si urgent de voter sans prendre le temps de m’entendre ? Drôle de procès donc où le verdict tombe sans que l’accusé ne puisse être entendu … « Inutile d’entendre ses explications. On sait à qui on a affaire (NDLR un secrétaire national de l’UMP qui défend le gouvernement). Les commentaires de la presse parlent d’eux-mêmes ». Franchement, cela fait un peu procès de Moscou, ce truc.
Par ailleurs, je n’ai pas souvenir d’une telle démarche de condamnation ad-hominem par la CME : cela signifie-t-il que désormais Patrick Pelloux, qui ne cesse (hélas, mais il ne peut s’en empêcher !) de critiquer le système va faire l’objet d’une motion à chaque fois qu’il parlera ? Mauvaise nouvelle pour ses membres : il va falloir que la CME se réunisse souvent car Pelloux est très très bavard. Et puis le Pr Even qui a critiqué l’APHP a-t-il été ainsi condamné sur la place publique ? Et puis tant d’autres qui ont exprimé un avis critique ? Non.
Mais sur le fond, il est intéressant de noter que mes propos (10.000 décès liés à l’exercice médical) ont été confirmés par une bande de très dangereux anarchistes : la ministre de la santé, le président de SAMU de France, le patron du service de securité sanitaire du médiateur de la République … Et puis, l’étude ENEIS, la seule étude française disponible aujourd’hui qui confirme mes chiffres,  a montré que ces 10.000 n’étaient, hélas, pas une vue de l’esprit (article du Figaro 15/01). A croire que nous ne lisons pas la même littérature médicale. 

Certes, certains condamnent mes propos sans les avoir lus. Ou plutôt en se référant aux commentaires « sensationalistes » de certains journalistes (par exemple, « mes » 10.000 décès se transformant en 10.000 « erreurs médicales » …). Mais je ne peux pas leur en vouloir. C’est vrai, il faut comprendre, on ne peut pas exiger de tout le monde de lire mes propos avant de les juger.
Pour conclure, je remercie tous ceux qui m’ont dit leur amitié devant cette réaction bien peu appropriée. Je ne les ai pas encore individuellement remerciés car ils sont (ouf!) nombreux. Et peut-être plus particulièrement ceux qui, habituellement en total désaccord avec moi sur mes positions politiques, m’ont dit tout le mal qu’ils pensaient de cette manière cavalière de jouer avec l’honneur d’un collègue.
Bon, il faut décidément que je revois les Tontons Flingueurs. Les vrais avec le bourre-pif et la polonaise, c’est plus drôle.