Le Figaro – Le collège Kléber Haedens

Le Figaro Philippe Juvin Étienne de Montety

23/10/2008 | Mise à jour : 12:32 |

Le conseil municipal de La Garenne-Colombes a eu la bonne idée de baptiser un futur collège de la ville du nom de Kléber Haedens. Cette initiative a fait grincer des dents un conseiller de l’opposition municipale qui s’en est pris aux origines intellectuelles de l’intéressé (l’Action française). On ne fait pas plus sot : pendant trente ans dans des titres aussi variés que Paris-Presse, France Soir, le Journal du dimanche, Kléber Haedens brossa pour ses lecteurs un magnifique tableau des lettres. Si l’on voulait savoir ce qu’il fallait penser de Sagan, de Le Clézio, de Butor ou de Michel Déon, il fallait lire Haedens. Des générations de jeunes gens ont appris à aimer les livres dans son Histoire de la littérature française, admirable essai, écrit à moins de trente ans, où il fait découvrir Maurice Scève, Ronsard et Stendhal et tire avec irrévérence les barbiches de Hugo, Flaubert et Zola. Certes la mairie aurait pu donner à l’établissement scolaire le nom d’un humaniste consensuel ou d’un ancien ministre de l’Éducation nationale de la V° République. Personne ne s’en serait ému. En plaçant les collégiens sous le signe bienveillant de Kléber Haedens, le maire de La Garenne-Colombes leur donne une chance d’acquérir une vertu qui n’est pas au programme : la liberté de penser.