La trahison des clercs : Julien Benda

Un des livres indispensables à l’exercice de la politique et de la démocratie. Clair et limpide. Mais très très dérangeant : personne n’est épargné. Aron en faisait un livre clé de sa réflexion. Julien Benda se propose de définir le rôle de l’intellectuel. L’intellectuel se doit de sortir de sa réserve dès lors que la vérité et la justice sont menacées. Il ne doit surtout pas s’impliquer dans les affaires courantes. Il doit se consacrer à ce qui est sa vocation première : la méditation, la connaissance désintéressée, l’amour du beau, toutes choses en somme qui le distinguent de l’homme de parti. A cette figure de l’intellectuel, Benda oppose ce qui, au moment où il écrit, est en passe de devenir l’une des figures les plus courantes de l’intelligentsia : l’intellectuel engagé dans un parti ou proche d’un parti. Benda a alors surtout à l’esprit les intellectuels de l’Action française. Benda y fustige « la tendance à l’action, la soif du résultat immédiat, l’unique souci du but, le mépris de l’argument, l’outrance, la haine, l’idée fixe », en bref tout ce qui fait la passion politique des hommes d’action (les laïcs) et tout ce qui doit rester étranger au savant et au moraliste, c’est-à-dire au clerc. Il n’y condamne cependant pas absolument l’engagement de l’intellectuel, exigeant que celui-ci ne descende sur la place publique et n’intervienne dans le débat séculier que pour faire triompher les idéaux abstraits et désinteressés du clerc : la vérité, la justice, la raison, la liberté intellectuelle et sociale.