La France doit intervenir militairement pour faire cesser les massacres en Syrie

Chaque jour qui passe en Syrie amène son lot de boucherie. La France condamne avec application. Mais que vaut la condamnation des massacres quand on laisse faire ?

L’attentisme du Président de la République, qui avait promis qu’il interviendrait, devient criminel. La même situation en Libye avait conduit hier Nicolas Sarkozy à prendre ses responsabilités et à intervenir militairement. Pourquoi François Hollande, qui a même la direction du Conseil de Sécurité, en fait-il moins que Sarkozy ? Pourquoi ne décide-t-il pas d’intervenir ? Par peur ? Par amateurisme ? Parce qu’il ne sait pas décider ? Parce qu’il n’a pas compris l’enjeu moral ?

On nous dit qu’il faut un mandat du Conseil de Sécurité. Mais la France, qui préside le Conseil, n’a jamais été aussi bien placée pour l’obtenir. Et quand bien même ne l’obtiendrions-nous pas, l’impuissance de ce même Conseil à faire cesser les massacres rend de toute façon illégitime ses non-décisions. Moralement, la France peut se passer du Conseil de sécurité et agir avec la Turquie et la ligue arabe.

La Syrie sera la grande affaire morale du quinquennat Hollande. Si la France reste immobile et bavarde, les massacres se multiplieront. Et l’Histoire jugera durement. Comme en Libye, la France doit intervenir militairement. Pour des raisons morales qui seules valent en la matière.