Extrait de mon discours au Campus des Jeunes Républicains à Lyon – 2 septembre 2017

 

Dans quelques semaines, vous participerez à l’élection du Président de notre mouvement.

Cette élection, c’est l’occasion unique de pouvoir débattre de votre quotidien, de vos sujets de préoccupation, ce qui vous intéresse vraiment, pas de ce qu’on voudrait vous imposer ou vous faire croire.

La première chose que je voulais vous dire : si notre Mouvement organise une élection où l’on ne se dit rien, où aucune ligne politique n’est tranchée, où l’on tait nos divergences idéologiques, cette élection passera à côté des enjeux essentiels, pour notre famille et pour notre pays.

Nous devrons donc définir notre projet de société, nous devrons travailler, écouter, douter, accepter un travail intellectuel rigoureux et, j’insiste, contradictoire. Et toutes les initiatives sont bonnes.

Par exemple, avec plusieurs élus locaux, nous avons décidé de créer un laboratoire d’idées en juillet, les Nouveaux Républicains. Il faut multiplier de telles initiatives.

Nous devons inventer de nouvelles formes de militantisme. Renouer avec un militantisme de proximité mais aussi, pourquoi pas, un militantisme d’action réelle – par du soutien scolaire, de l’aide aux séniors, de l’accompagnement à l’orientation éducative et professionnelle … Toutes les idées sont bonnes à prendre.

Mais ça aussi, ce n’est pas suffisant. Il y a les moyens qu’on se donnera. Une vidéo sur Youtube c’est 1 million de vues. Et si en face, on se contente d’afficher 100, 200, ou même 400 000 militants, nous serons toujours à la traîne. Les Républicains doivent aussi , dans leur fonctionnement, intégrer cette ère numérique.

Ce que je veux dire, c’est que LR demain, nous en ferons à la fois un lieu d’idées, mais aussi un lieu où nous aurons réinventé le militantisme. On ne rénovera pas nos idées si on ne rénove pas aussi nos méthodes.

Alors dans quelques semaines vous aurez à donner un nouveau président aux LR.

Les candidats seront nombreux, et de qualité. Je les connais tous. Et je les apprécie.

Mais mon choix il est fait : mon choix, et je vais vous l’expliquer, c’est Laurent Wauquiez.

Pourquoi Laurent Wauquiez ?

Tout d’abord parce que je le connais. J’étais député européen, et il était mon ministre des affaires européennes. Il est européen parce qu’il est patriote. Il est européen parce qu’il a compris que si la France voulait, de nouveau, éclairer le monde, il lui fallait un véhicule de puissance. Il croit en l’Europe parce qu’il croit en la civilisation européenne.

Il sait qu’en Europe, le principal sujet pour nous c’est de faire que la France pèse dans les décisions. Et pour cela, quand il était ministre, il fallait convaincre. Laurent Wauquiez, je l’ai vu faire, il obtenait des compromis favorables à la France.

La seconde raison pour laquelle je soutiens Laurent Wauquiez est qu’il a une qualité rare. Il est constant. Il a une colonne vertébrale. Il porte des valeurs qu’il défend et ne subit pas les modes. Peu de gens peuvent revendiquer de telles qualités.

La troisième raison est qu’il porte des valeurs qui sont évidemment des valeurs de droite, mais qui sont avant tout les valeurs de la France : assumer notre histoire, nos racines, assumer notre amour du travail, de l’effort, de l’ascenseur social pour les classes moyennes et populaires.

Renier ces valeurs, c’est renier une part de notre héritage. Les assumer, c’est ça être de droite.

Enfin, il y a une dernière raison pour laquelle je soutiendrais Laurent Wauquiez. La droite est diverse : LR ne sont pas une caserne où tout le monde devrait marcher d’un même pas. Or Laurent Wauquiez croit avant tout au talent, au mérite, à l’effort, à l’intelligence. Et quelqu’un qui croit au talent, au travail, au mérite, à l’effort, c’est quelqu’un qui saura prendre le meilleur de chacun de nous, et qui fera d’une droite diverse, une droite avant tout fière d’elle. En politique, il faut d’abord être fort pour rassembler.

Je crois que Laurent Wauquiez est celui de tous les candidats qui peut le plus nous aider à reconstruire collectivement la droite. C’est justement parce qu’il est fidèle à des valeurs de droite et du centre qu’il peut en rassembler toutes les composantes.

Nous devons parler au nom de cette France qui travaille, qui ne manifeste pas, qui ne bloque pas, qui refuse de marcher comme un robot, aveuglement, mais qui pourtant a tant de choses à dire.

Nous avons besoin d’être forts sur nos bases pour rassembler.

Soyez fiers, ne vous résignez pas, mettez vous debout, n’ayez pas honte, et faites le choix des Républicains, faites le choix du renouveau, faites le choix de la France !