Explosion du nombre de travailleurs détachés en France : il y a urgence à réformer !

Communiqué-de-presse-300x300Explosion du nombre de travailleurs détachés en France : il y a urgence à réformer ! »

Selon la commission nationale de lutte contre le travail illégal, en 2015, le nombre de travailleurs détachés déclarés en France a explosé : +25% par rapport à 2014, alors même que le chômage atteint toujours 10,2% au premier trimestre 2016. Au total, 286 025 salariés sont ainsi détachés dans notre pays.

Alors que la crise sociale paralyse la France, cette annonce vient comme une mauvaise nouvelle de plus. Le gouvernement se réjouit déjà à demi-mot en mettant en avant une augmentation « probablement » due aux « contrôles de plus en plus fréquents », poussant les employeurs à davantage déclarer des « détachements précédemment non déclarés ». Qu’en est-il des 220 000 à 300 000 travailleurs détachés non déclarés pointés par le Sénat ?

A la vérité, cette justification est bien faible au regard des véritables problèmes que pose le travail détaché. Depuis plusieurs mois déjà, les Républicains appellent l’attention sur les situations de dumping social occasionnées par cette forme d’activité, dérogatoire au droit commun du travail.

Face à la grogne et aux tensions sociales, le gouvernement est paralysé par l’absence de leadership à gauche et par la fronde de ses députés les plus radicaux. Il y a fort à parier qu’à moins d’un an de la prochaine échéance présidentielle, François Hollande décide de s’enfermer encore davantage dans l’immobilisme et l’attentisme, scrutant avec plus d’intérêt l’incessante dégringolade de sa courbe de popularité que les besoins de réforme de la France.

Il est urgent qu’à travail égal un salarié détaché en France perçoive la même rémunération qu’un travailleur français. Ce principe ne peut connaître de dérogation si nous voulons – enfin – mettre un terme au dumping social inadmissible qui a cours en Europe. Il est impératif de poser les bases d’une concurrence loyale qui n’affaiblisse pas les modèles sociaux. L’Europe n’a pas été construite pour que des pans entiers de notre économie locale soient menacés par un dumping inacceptable pour les citoyens.

La réforme de la directive de 1996 engagée par la Commission européenne nous offre l’occasion de cette remise à plat. Il s’agit de saisir cette opportunité pour protéger les emplois des Français. Mais encore faudrait-il que la voix de la France soit entendue en Europe. Malheureusement, depuis 2012, nous assistons à un affaiblissement sans précédent de l’influence française dans les institutions européennes…

Philippe JUVIN
Porte-parole des Républicains
Député européen

>>Cliquez ici pour télécharger le communiqué en version pdf