Explication de vote sur le rapport Kukan sur le Fonds européen de Développement Durable (FEDD) lors de la plénière du Parlement européen en juillet

 

Je me suis abstenu sur le Rapport sur le Fonds européen pour le développement durable (FEDD). Si les montants prévus par le fonds peuvent paraître importants, ils sont tout à fait insuffisants à financer les opérations de développement qui permettraient vraiment de stabiliser les États d’origine de l’immigration africaine et des pays du voisinage. Le FEDD prévoit un financement public de l’Union de 3 milliards d’euros pour le plan externe d’investissement (PEI). Et une contribution supplémentaire des États du même ordre. Les financements privés peuvent être associés pour monter à 88 milliards, si les États membres contribuent. Par élément de comparaison, le plan Marshall d’après-guerre correspondait à un effort d’argent public de 160 milliards d’euros (ici 3 à 6 milliards). L’effort réalisé par l’Union, même s’il est important, est donc tout à fait hors de mesure avec les besoins réels. Je milite depuis longtemps pour une réallocation massive des fonds d’intervention intra-européen vers nos pays voisins.