Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

Santé | Le blog de Philippe Juvin - Part 3

Actualités 'Santé'

Table ronde RFI – Le rôle de l’Union européenne pour améliorer la santé dans le monde

J’ai participé, hier, sur RFI à une table ronde autour de la thématique « Le rôle de l’Union européenne pour améliorer la santé dans le monde« .

Présentée par Claire Hédon en présence de Michèle Rivasi, Thierry Cornillet et Joelle Melin

>> Écoutez le débat sur le site de RFI en cliquant ICI

Vincent LAMBERT : bonne et sage décision de la justice

La justice a donc décidé d’interdire l´euthanasie de facto de Vincent LAMBERT.

C’est une bonne et sage décision.

En effet, Vincent LAMBERT est incapable d’exprimer sa volonté. Personne ne sait ce qu’il pense.

Or, il est absolument inimaginable de prendre une décision engageant la vie d’une personne sans connaître la volonté de celle-ci.

Le fait que les promoteurs de l’euthanasie en France aient souhaité une décision contraire à celle qui a été prise est très significative et révélatrice.
En effet, dans les pays où l’euthanasie est légalisée, près de la moitié des euthanasies est réalisée sans l’accord explicite du patient, malgré la loi qui impose un consentement clair, qui n’est donc pas recueilli. Or les promoteurs de l’euthanasie ont milité pour que Vincent LAMBERT, qui n’a pas donné son avis, puisse être euthanasié… C’est bien la preuve qu’ils acceptent l’idée folle qu’on puisse euthanasier sans l’accord explicite de celui qui est concerné… Les juges l’ont bien compris et ont été sages.

>> Téléchargez le communiqué

Débat sur Public Senat face à Jean Desessard (sénateur écologiste) sur la fin de vie

A partir de 16’05

La conférence des citoyens sur l’euthanasie est une tromperie

La conférence des citoyens sur l’euthanasie est une tromperie. Qui peut croire que 18 personnes représentent la population française ? N’importe quel sondage d’opinion nécessite plusieurs centaines de participants. Et sur un sujet aussi important, on prétend que 18 avis sont suffisants…

Par ailleurs, comment ont été choisies ces 18 personnes ? Par qui ? Comment ont-elles travaillé ? Qui ont-elles rencontré ? Tout cela est de la pure manipulation.

Après la polémique sur la reprise en main du conseil consultatif national d’éthique par le gouvernement, et le rapport anti-euthanasie de Didier Sicard, le gouvernement a senti que le débat lui échappait. Il a donc utilisé les grands moyens : en confisquant le débat et en confiant à 18 personnes sans légitimité le droit de dire une vérité qui sera présentée comme la volonté des Français.

Sur un sujet aussi grave, le gouvernement a préféré faire sa petite tambouille dans sa petite cuisine, en catimini. Où est le grand débat ?

Je rappelle qu’en Belgique, une étude du New England journal of médecine publiée en 2009 montre qu’une euthanasie sur deux est réalisée sans l’accord du patient. Voilà en pratique où mène une loi sur l’euthanasie.

>> Téléchargez le communiqué

Interview RTL Midi a/s euthanasie

J’étais, aujourd’hui, l’invité de RTL Midi avec Vincent Parizot et Christelle Rebière concernant le débat sur la fin de vie.


Euthanasie : "Vouloir une loi générale pose un… par rtl-fr

Cliquez ci-dessous afin de télécharger les documents issus du New England Journal of Medicine cités dans l’interview:
>> NEJM-Euthanasie Belgique-2009
>> NEJM-Euthanasie Pays-Bas-2007

Adoption d’une résolution sur la « Santé et droits sexuels et génésiques » par le Parlement européen

Pour marquer son rejet du projet de rapport Estrela, le Parlement européen a adopté mardi 10 décembre 2013 une résolution alternative non législative sur la « Santé et droits sexuels et génésiques ».

Cette résolution, déposée par le groupe PPE et soutenue par le groupe conservateur ECR, rappelle que « l’élaboration et la mise en œuvre des politiques sur les droits sexuels et reproductifs et sur l’éducation sexuelle à l’école est de la compétence des États membres ».

>> Lien vers le texte adopté

Le Gouvernement renvoie la Directrice générale de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris pour cacher sa totale inaction

Mireille Faugère a donc été débarquée par le Gouvernement de son poste de Directrice générale de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. Manœuvre de diversion bien pratique pour un gouvernement qui ne prend aucune décision en matière de santé. L’exemple de l’incohérence gouvernementale le plus récent à l’Assistance Publique étant celui des urgences de l’Hôtel-Dieu, dont les tutelles ne veulent pas assumer la fermeture, faisant supporter toute la responsabilité sur le fusible qu’est Mirelle Faugère.

Mirelle Faugère a été accusée de tous les maux alors qu’elle a fait un bon travail dans des circonstances difficiles. Elle a eu le mérite de maintenir le bateau à flot dans la tempête, avec une Ministre de la santé aux abonnées absentes depuis sa nomination dès qu’il s’agit de prendre une décision courageuse.

Elle a pris des décisions stratégiques qui porteront leurs fruits dans quelques années. Il faut l’en féliciter.

La cabale dont elle est la victime est un exemple supplémentaire de l’absence d’idée du Gouvernement pour apporter des réponses à la crise que vit aujourd’hui l’hôpital public.

Je souhaite une bonne chance à Martin Hirsch dans ses nouvelles fonctions et l’appelle à rapidement mettre le Gouvernement devant ses responsabilités.

>> Téléchargez le communiqué

Interview santé pour Pratis TV – 15 octobre 2013


Interview santé Philippe Juvin pour Pratis TV par juvin

Le Parlement européen décide que les cigarettes électroniques pourront être vendues en dehors des pharmacies : une chance pour la santé publique

Le Parlement européen vient de décider que les cigarettes électroniques seront vendues dans le commerce libre, en dehors des pharmacies (386 voix contre 283 voix). C’est une grande victoire pour la santé publique. La cigarette électronique va permettre à des populations entières de fumeurs de trouver une chance supplémentaire d’arrêter de fumer.

La vente en pharmacie aurait conduit à en limiter la diffusion, risquant ainsi de priver de très nombreux fumeurs de la chance de s’en sortir.

Les députes européens UMP ont voté contre cette médicalisation de la cigarette électronique, à l’inverse des députés européens socialistes français.

Les cigarettes électroniques ne sont pas des médicaments.

>> Téléchargez le communiqué

Le rideau de fumée de la stratégie nationale de santé du Gouvernement. Madame Touraine, il est temps de vous mettre au travail

Le Ministre de la santé vient de présenter sa « stratégie nationale de santé ». Ce plan est vide, totalement vide. On y retrouve la répétition des vagues engagements présidentiels de François Hollande, mais toujours à l’état de promesses. Comme si la ministre ne savait pas qu’elle était au pouvoir. Quelques exemples.

Le Ministre répète en boucle depuis un an et demi qu’il faut mieux articuler la médecine de ville avec l’hôpital. Ne le dites plus, faites le enfin !
Le Ministre annonce la mise en place du tiers payant chez le médecin de ville, mais pour 2017, et si l’état des finances le permet. Et sans en peser toutes les conséquences perverses.
Le ministre annonce des complémentaires de meilleur qualité. Mais elle oublie d’annoncer une augmentation de 3% des cotisations des mutuelles cette année.
Le Ministre annonce une révolution de la prévention et charge le Haut Conseil de la santé publique de « tenir un tableau de bord de l’état de santé de la population ». Or ce travail est déjà effectué depuis 20 ans sous la forme de « Baromètres santé » par l’Inpes !

Le Gouvernement est désespérément nul. Des paroles, des incantations.

Aucune proposition, aucun dégagement d’aucune marge de manœuvre et l’augmentation des cotisations comme seule option. Et pendant ce temps, les patients sont de moins en moins bien remboursés, les hôpitaux souffrent d’une mauvaise gestion, les libéraux sont ensevelis sous les complications administratives tatillonnes et l’industrie du médicament est découragée de faire son travail de recherche de nouvelles molécules.

La situation de la santé est grave en France. Pour la première fois, des médicaments ne sont plus disponibles pour les patients. Les urgences sont asphyxiées. Et personne n’est à la barre.

La France n’a plus de politique de santé. Madame Touraine, il est temps de vous mettre au travail.

>> Téléchargez le communiqué

Euthanasie : le Gouvernement doit suivre les recommandations du CCNE

Après avoir été saisi il y a plusieurs mois par le Président de la République, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu public ce lundi son avis sur la fin de vie. Le CCNE recommande de ne pas légaliser l’assistance au suicide et à l’euthanasie en raison notamment des limites qui seraient difficiles à fixer.

Le Gouvernement doit prendre en compte les recommandations sages du CCNE.

L’euthanasie n’est pas la solution pour apporter une fin de vie dans la dignité. Les dérives, comme c’est le cas chez nos pays voisins qui l’ont légalisée, seront inévitables. En 2007, une étude financée par le Ministre Hollandais de la Santé et publiée dans le New England Journal of Medicine, a montré que plus de 500 personnes étaient euthanasiées chaque année aux Pays-Bas sans leur accord explicite. En Belgique, la situation semble encore plus préoccupante, puisque dans un travail publié en 2009 dans le même journal, la moitié des morts par injection létale avaient été réalisées sans consentement explicite du patient.

La solution pour une fin de vie digne n’est donc pas l’euthanasie mais bien le développement de moyens pour les unités de soins palliatifs fixes et mobiles.

>> Téléchargez le communiqué

Question écrite sur la lutte contre les cancers pédiatriques

Question écrite de Philippe Juvin cosignée par Glenis Willmott et Antonyia Parvanova sur la lutte contre les cancers pédiatriques envoyée à la Commission européenne

D’après le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (1), les pathologies tumorales constituaient, en 2011, la deuxième cause de mortalité chez les enfants âgés de 1 à 14 ans. Elles représentaient 21% des décès chez les garçons et 20% chez les filles. Chaque année, près de 2500 nouveaux cas de cancers pédiatriques sont recensés en France, dont 1700 chez les enfants âgés de 1 à 14 ans. Pour cette dernière catégorie, on constate un nombre comparable de 1600 cas diagnostiqués par an au Royaume-Uni (2).

Les rares données existantes à l’échelle européenne nous permettent de constater que la situation est encore plus dramatique dans certains pays d’Europe de l’Est où les incidences de cancer sont plus importantes.

Le nombre de cancers pédiatriques augmente de 1 à 3% par an en Europe depuis 30 ans avec une accélération constatée depuis 2010.

Force est de constater que les enfants sont les grands oubliés de la lutte contre le cancer. Par exemple, pour le cas de la France, seulement 2% des fonds alloués à la recherche contre le cancer sont consacrés aux cancers pédiatriques.

Les raisons principales de cette situation sont:
– un manque cruel d’individualisation des traitements et une inadéquation de certains protocoles de traitements.
– un manque et un arrêt des recherches de nouvelles molécules pour le traitement des cancers pédiatriques pour des motifs de non-rentabilité.
– une absence de traitement chimio thérapeutique adapté aux enfants et efficace.
– un financement national et européen trop faible de la recherche (fondamentale, translationnelle et clinique) spécialisée et des subventions à trop court terme.

  1. Vu le manque d’indicateurs et de données à l’échelle de l’Union européenne sur l’apparition des cancers pédiatriques, les taux de mortalité et les traitements disponibles, la Commission européenne pourrait-elle lancer une étude d’impact?
  2. Devant la gravité de la situation, la Commission européenne a t-elle l’intention de légiférer dans ce domaine? Si oui, quelles sont ses priorités?
  3. La Commission européenne pourrait-elle envisager de créer une ressource spécifique qui permettrait de financer des programmes et des actions de recherche dans la lutte contre les cancers pédiatriques?
  4. La Commission européenne pourrait-elle envisager de dédier une proportion plus importante de financements à la recherche dans le cancer pédiatrique?
  5. La Commission européenne voit-elle d’autres initiatives qui pourraient être mises en place à l’échelle de l’Union européenne et/ou des Etats membres dans ce domaine

(1) Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 7 juin 2011/n°22: http://www.invs.sante.fr/beh/2011/22/beh_22_2011.pdf
(2) Cancer Research UK, 14 novembre 2012: http://www.cancerresearchuk.org/cancer-info/cancerstats/childhoodcancer/incidence/

Reportage Europarl TV : Test de médicaments : Plus de transparence ?

L’adoption de la directive sur l’exposition des travailleurs aux risques dus aux champs électromagnétiques est un réel soulagement pour la communauté médicale

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui en séance plénière, à une large majorité, le rapport sur les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l’exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (champs électromagnétiques).

Philippe Juvin, rapporteur sur l’avis en Commission parlementaire « Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire » se félicite de l’adoption de ce rapport. « Il s’agit d’un réel soulagement pour la communauté médicale et d’un grand pas pour la recherche européenne. »

« Il était urgent de réviser l’ancienne directive de 2004. En effet, les valeurs limites d’exposition à des champs électromagnétiques auraient empêché une utilisation pleine et entière des appareils IRM. Or, l’IRM est un instrument indispensable pour le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies », souligne l’Eurodéputé.

« Désormais, la communauté médicale disposera d’une exemption aux valeurs limites d’exposition pour l’utilisation d’IRM ainsi que les activités connexes, telles que la maintenance, les tests avant installation et la recherche. A travers cette exemption, le rapport se base sur une approche équilibrée qui permettra à la fois de garantir un haut niveau de protection de travailleurs et de soutenir la recherche européenne », conclut Philippe Juvin.

>> Téléchargez le communiqué

Interview sur France Inter au sujet de la cigarette électronique

A partir de 6’15


Interview diffusée samedi 1er juin dans le journal de 8 heures de France Inter
Propos recueillis par Sandy Dauphin

Europarl TV – Remettre la recherche médicale sur pied

Interview sur RFI dans l’émission « Allô Bruxelles » au sujet des essais cliniques

Par Nathalie Amar

Les essais cliniques de médicaments permettent aux laboratoires de tester l’efficacité des nouvelles molécules. Mais ils ne sont pas toujours très bien encadrés. Voilà pourquoi la commission Environnement et Santé publique s’est prononcée sur un projet législatif pour améliorer la transparence de ces essais. Un projet qui passionne manifestement puisqu’il a fait l’objet de plus de 700 amendements.

ALLO BRUXELLES 29 MAI

(02:57)

Il faut sauver la recherche clinique européenne!

Le Parlement européen a adopté aujourd’hui, à une large majorité, le rapport relatif aux essais cliniques de médicaments à usage humain, en commission parlementaire « Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire ».
Philippe Juvin, rapporteur pour le PPE, se félicite de l’adoption de ce rapport. « Je travaille et suis engagé sur ce dossier depuis plus de deux ans. Il était urgent de réviser la directive 2001/20/CE. En effet, la recherche clinique européenne se meurt: diminution de 25% du nombre de demandes d’essais cliniques entre 2007 et 2011, diminution du nombre de patients inclus, augmentation de la charge administrative et des coûts liés à l’évaluation et à la conduite d’essais cliniques. Ces dysfonctionnements découragent les académiques et incitent de plus en plus de promoteurs à délocaliser leurs essais cliniques. Ces dysfonctionnements sont préjudiciables d’une part, à la recherche clinique européenne et à l’attractivité de nos universités et d’autre part, pour nos patients européens qui sont en droit de bénéficier des meilleurs traitements. »

« Ce rapport est un grand pas pour la recherche clinique européenne. Il permet de réelles avancées, telles qu’un raccourcissement des délais d’évaluation. Ces délais seront plus compétitifs par rapport à nos concurrents canadiens et américains. Par ailleurs, le règlement couvrira enfin les essais cliniques en situation d’urgence, cas pourtant couverts depuis 1996 par la législation nord-américaine et depuis 1988 par la législation française », souligne l’Eurodéputé.

« Enfin, un des grands enjeux de ce projet de règlement est la transparence des résultats des essais cliniques. Désormais, l’ensemble des résultats positifs et négatifs sera publié sous la forme d’un résumé un an après la fin de l’essai clinique ou de l’inclusion du dernier participant. Les promoteurs devront publier le rapport d’étude clinique 30 jours après l’autorisation de mise sur le marché. Il s’agit d’une position raisonnable et équilibrée, qui vise à garantir un haut niveau de transparence et de sécurité pour les patients européens ».

« Les négociations avec mes collègues rapporteurs des autres groupes ont été très fructueuses et se sont déroulées dans un climat serein. Tous, nous avions un objectif commun: sauver la recherche clinique européenne! », conclut Philippe Juvin.

>> Téléchargez le communiqué

Euthanasie : décision de la Cour européenne des droits de l’Homme

Dans une décision intéressante et très contestée en son sein même, la cour européenne des droits de l’Homme (qui n’est pas, rappelons-le , une émanation de l’Union européenne), dit que la législation suisse, tout en permettant d’obtenir une dose mortelle de médicament sur ordonnance médicale, ne fournit pas des directives suffisantes pour définir avec clarté l’ampleur de ce droit. Parallèlement, et avec une très grande prudence, la Cour ne se prononce pas sur la question de savoir si la requérante aurait dû être autorisée à obtenir une dose mortelle de médicament pour mettre fin à ses jours.
cliquer sur le lien suivant

Interview sur le blog de l’émission Avenue de l’Europe (France 3) au sujet de l’euthanasie

Euthanasie…Des dangers et risques de dérives – Ma-Tvideo France3
L’eurodéputé Philippe Juvin s’oppose à l’euthanasie sur le blog d’Avenue de l’Europe l’émission de France3 tous les samedi à 18h35.

Intervention en commission ENVI, le 20 mars, lors de l’échange de vues sur les amendements déposés sur les essais cliniques


Intervention de Philippe Juvin, rapporteur fictif pour le PPE, en commission ENVI, le 20 mars, lors de l’échange de vues sur les amendements déposés sur les essais cliniques par juvin

Intervention en commission parlementaire « Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire » (ENVI) le 20 mars. Lors de cet échange de vues sur les amendements déposés sur le projet de rapport Willmott relatif aux essais cliniques de médicaments à usage humain, Philippe Juvin, en tant que rapporteur fictif pour le PPE, a rappelé sa position sur la question de la transparence des résultats des essais cliniques. Il a appelé ses collègues à la plus grande prudence.

Les votes sur les amendements devraient avoir lieu en ENVI le 24 avril. Jusqu’à cette date, les rapporteurs fictifs et le rapporteur Glenis Willmott se rencontreront pour tenter de rédiger des amendements de compromis sur les points les plus sensibles.

Circulaire Taubira : l’effet toboggan du mariage pour tous vers la gestation pour autrui

Christiane Taubira vient donc d’autoriser de fait, avec effet immédiat, la gestation pour autrui dès lors qu’elle est effectuée à l’étranger par des couples français hétérosexuels et homosexuels. C’est une révolution que le Gouvernement avait toujours nié vouloir faire. Mme Taubira serait-elle donc incontrôlable ? En fait, nous assistons à une véritable pièce de théâtre, parfaitement organisée.

Dans le rôle du conciliateur : François Hollande, qui exprime publiquement des doutes sur la GPA. Histoire de rassurer les plus réticents de sa majorité et de l’opinion publique.

Dans le rôle de la finaude : Christiane Taubira, qui autorise de facto la gestation pour autrui avec sa circulaire prise en catimini. Histoire de faire un gros clin d’œil aux Verts favorables à la gestation pour autrui.

Et dans le rôle du bonimenteur : le service de presse de la Chancellerie lui-même qui déclare aujourd’hui, contre toute réalité, que le Gouvernement est opposé à la GPA pendant que sa ministre elle-même l’autorise.

Contrairement ce à quoi nous avions été habitués, il ne s’agit pas cette fois de cacophonie. Mais bien d’une organisation savamment orchestrée, qui tente de donner des gages à tout le monde.

Et à force de vouloir donner des gages à tout le monde, on n’en donne à personne. Cette fois-ci, ceux qui craignaient l’effet toboggan du mariage pour tous, qui nous amènerait vers la gestation pour autrui, sont fixés : ce sera bien le cas. Au moins, les choses sont claires.

>> Téléchargez le communiqué