Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

La Garenne | Le blog de Philippe Juvin

Actualités 'La Garenne'

Edito du Maire – Janvier 2019 « Toujours défendre un urbanisme à taille humaine, maîtrisé et élégant »

Chère Garennoise, Cher Garennois,

Depuis plusieurs années, j’ai pris la ferme décision de promouvoir à La Garenne un urbanisme à taille humaine.

Des villes voisines ont fait d’autres choix urbains. Certaines ont fait le choix de densifier, parfois trop selon moi. Certaines ont fait celui de favoriser de façon irréfléchie le logement social, conduisant parfois à des situations de ghettoïsation préoccupantes aujourd’hui difficiles à gérer. D’autres ne se sont pas préoccupés de l’harmonie de leur ville, laissant construire des immeubles là où on attendait qu’ils bâtissent des villes.

A La Garenne, nous avons toujours tenté de respecter des équilibres : à la fois protéger nos secteurs résidentiels, limiter la hauteur des immeubles (j’ai toujours refusé les « tours » à La Garenne), introduire de la mixité sociale, tout en imposant aux promoteurs des critères de qualité et d’esthétisme. En particulier, j’ai toujours veillé à ce que le logement social soit beau ; aussi beau que le logement non social. Ceux qui connaissent les Champs-Philippe le constatent : il n’y a souvent aucune différence extérieure visible entre les logements sociaux et les logements non sociaux. C’est pour moi une question urbaine et une question de principe moral.

Pour maîtriser notre urbanisme, j’ai fait adopté par la majorité du Conseil municipal de La Garenne des règles de construction très strictes. Ce sont elles qui nous protègent encore aujourd’hui.

Malheureusement, la loi a changé. A l’avenir, les règles d’urbanisme et de construction risquent d’échapper de plus en plus aux maires. Déjà, officiellement, les Plans Locaux d’Urbanisme sont sous le contrôle du Territoire, qui est une strate administrative supplémentaire (coûteuse et inutile, mais c’est un autre débat), et non plus sous celui de la commune. Certes, ce sont encore « nos » règles communales qui s’appliquent. Mais on peut imaginer qu’un jour le Territoire veuille les changer contre notre avis. De plus, certains aspects de la loi Duflot ont créé des possibilités nouvelles de construction pour les promoteurs, qui peuvent déjà s’exonérer de certaines obligations fixées par la commune. En particulier, la loi Duflot autorise à ne pas respecter certaines de nos règles limitant la hauteur des bâtiments.

Le Préfet des Hauts-de-Seine, arguant que nous n’avons pas suffisamment de logements sociaux, contrôle désormais la délivrance de tous les permis de construire dans notre commune, et a le droit de préempter des terrains pour y construire des logements sociaux. Ces règles très contraignantes sont malheureusement appliquées dans beaucoup des communes des Hauts-de-Seine.

Enfin, certains Garennois, alléchés par les propositions parfois faramineuses de certains promoteurs, n’hésitent pas à vendre leur maison pour y faire un immeuble. Chacun est bien sûr libre de disposer de son bien. La propriété privée est sacrée. Mais j’appelle chacun à être prudents devant les propositions parfois mensongères qui leur sont faites. Soyez lucides et très prudents.

Alors, je fais feu de tout bois pour garder notre urbanisme à visage humain. Je veille à ce que le Territoire ne change pas nos règles. Je travaille en bonne intelligence avec le Préfet pour que ses décisions soient conformes à notre intérêt. J’exige des promoteurs un esthétisme rigoureux, ce qui a pour effet d’éloigner les voyous.

La majorité municipale qui m’aide à gérer la commune pense que nos villes ne doivent plus grandir. Notre nombre d’habitants est suffisant. Plus d’habitants signifierait plus de besoins de transports, d’équipements publics, et plus de pollution aussi.

C’est pourquoi, dans le projet de construction qui se développera sur le site de PSA, et qui verra s’installer le siège mondial d’Engie avec son campus « développement durable », il y a aura peu d’habitants et beaucoup d’espaces verts. J’ai exigé qu’y soit réalisé un très grand parc de deux hectares.

Malgré tous les vents contraires qui soufflent contre les communes, j’entends plus que jamais préserver l’esprit village de La Garenne.

Je voulais vous donner cette assurance de notre volonté : pas de gigantisme, pas de construction au-delà de ce qui nous est imposé par l’Etat, pas de paupérisation, pas de délires architecturaux, pas d’appauvrissement du bâti et de la qualité. Mais un urbanisme à taille humaine, maîtrisé et élégant.

Alors, pour cette nouvelle année, je fais le vœu que vous soyez toujours heureux de vivre à La Garenne.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2019 !

Bien amicalement,

Philippe Juvin

Votre Maire

Fêtes de Noël dans les crèches de La Garenne

Réunion d’échanges sur le projet du quartier Charlebourg à La Garenne-Colombes

Installation du CESEL à La Garenne-Colombes

Inauguration de la Maison des Adolescents des Hauts-de-Seine à La Garenne-Colombes

Débuts des festivités de Noël à La Garenne-Colombes : aussi bien pour les petits que pour les grands !

Edito du Maire – Décembre 2018

Zéro augmentation des impôts communaux depuis 5 ans !

 

Chère Garennoise, Cher Garennois,

L’année qui vient de s’écouler a vu de nombreux projets très importants se réaliser.

La Municipalité a engagé une politique volontariste en matière d’éducation. Les enfants demeurent l’une de nos priorités. Une nouvelle crèche a ouvert ses portes aux Champs-Philippe, la qualité des repas servis dans les écoles communales a été renforcée en proposant 40% de bio et 75% de produits locaux, des cours d’histoire de France ont été créés dans les centres aérés de la ville, le soutien scolaire avec Acadomia pour tous les Garennois scolarisés du CP à la Terminale se poursuit, et des cours de langues (anglais, allemand, espagnol) pour les écoliers sont désormais proposés le mercredi par la Municipalité.

Les moyens mis en œuvre en matière de sécurité ont été renforcés.  Nous avons créé une brigade équestre, et étendu les horaires d’intervention de la police municipale (du lundi au dimanche et bientôt la brigade de nuit qui jusqu’à 2h du matin). La vidéosurveillance a nt été renforcée dans l’ensemble de la commune. Une zone vidéosurveillée devant l’école maternelle Voltaire a été créée, en préfiguration de celles qui seront prochainement créées devant toutes les sorties des écoles de La Garenne afin de sécuriser les enfants qui attendent leurs parents.

En matière de développement, la charte zéro phyto, la création du premier jardin partagé, la poursuite de la rénovation des squares, le développement de la biodiversité ainsi que la création des squares Bonnin et Binet, en attendant l’arrivée des stations Vélib’ au premier trimestre 2019, ont été les points marquants de l’année.

L’ensemble de ces nouveaux projets s’inscrit dans notre politique générale de développement d’une ville familiale, moderne, dynamique, sûre, et qui préserve son esprit village.

Cette politique municipale a pu être menée grâce à la gestion rigoureuse que nous menons depuis des années. Depuis 2014, nous n’avons pas augmenté le poids des impôts municipaux. Depuis cinq ans, la Municipalité travaille sans faire sentir à ses habitants la pression fiscale folle que les gouvernements successifs nous ont imposée.

Et cela, malgré la diminution des dotations et aides de l’Etat (moins 6,6 millions d’euros en 2018 !).

Cette absence d’augmentation des impôts municipaux s’accompagne d’un endettement très faible. Plusieurs fois dans le passé, l’opposition municipale m’a reproché de ne pas avoir profité des taux d’intérêt bas pour endetter la commune…J’ai bien été inspiré de ne pas suivre leurs aventureux conseils : c’est parce que nos finances sont très saines que nous pouvons travailler avec sérénité.

Il n’y a pas d’argent public : il n’y a que l’argent des contribuables.

Aussi longtemps que j’aurai votre confiance, je continuerai à gérer avec prudence et votre cadre de vie, et vos économies.

Je souhaite à tous de bonnes fêtes de Noël et de nouvelle année.

Bien cordialement,

Philippe Juvin

Votre Maire

11 novembre 2018 à La Garenne-Colombes


Edito du Maire – Novembre 2018

Apprenez à vous servir des défibrillateurs

Chère Garennoise, Cher Garennois,

Chaque année, environ 40 000 personnes décèdent d’un arrêt cardiaque, soit environ 110 par jour, faute d’une intervention efficace dans les 5 minutes.

L’une des façons d’améliorer le taux de survie est de doter les bâtiments publics de défibrillateurs. Les études scientifiques ont établi des gains en survie important lorsqu’une défibrillation a pu être pratiquée dans les premières minutes suivant l’arrêt cardiaque.

Il y a déjà quelques années, nous avions installé 12 défibrillateurs, répartis dans les principaux bâtiments publics, comme un peu partout en France.

Mais les bâtiments publics sont fermés la nuit, le dimanche, les jours fériés… Ce qui rend les défibrillateurs inaccessibles une bonne partie du temps.

J’ai donc pris la décision de déplacer à court terme tous les défibrillateurs placés à l’intérieur des bâtiments publics, à l’extérieur, de façon à les rendre accessibles au public 24h/24 et 7 jours sur 7.

Il s’agit d’une idée simple mais qui peut sauver des vies. J’ai par ailleurs écrit aux maires des communes voisines pour leur suggérer de faire la même chose.

Je profite de cet éditorial pour vous rappeler des règles simples en cas de survenue d’un arrêt cardiaque.

Les recommandations sont simples : en présence d’une victime inconsciente, ne bougeant pas, ne réagissant pas et ne respirant pas ou respirant de façon franchement anormale avec des gasps, il faut :

  • 1. Demander de l’aide
  • 2. Faire chercher un défibrillateur et le brancher dès que possible
  • 3. Commencer les compressions du thorax, selon une fréquence de 100 à 120 compressions par minute. Il faut tout faire pour ne pas arrêter les compressions si la victime ne réagit pas, y compris pendant la pose du défibrillateur. Des compressions imparfaites sont toujours préférables à l’absence de compressions.

Voilà pour ce court rappel. Vous pouvez bien sûr aussi vous former auprès de la Croix-Rouge de La Garenne.

Je vous dis au mois prochain.

Bien cordialement,

Philippe Juvin

Votre Maire

En Conseil Municipal de La Garenne

Budget participatif : lancement le 1er novembre !

Chère Garennoise, Cher Garennois,
En mai dernier je vous faisais part du souhait de la Municipalité de créer un Budget participatif afin de permettre à chaque Garennois de participer personnellement au développement de La Garenne.
En quoi cela consiste-t-il ?
A partir du 1er novembre, vous pourrez déposer librement vos idées pour améliorer le cadre de vie garennois sur un site internet dédié budgetparticipatiflgc.fr
Pour être retenus, les projets devront répondre à un besoin précis, s’inscrire dans un budget de 100 euros à 50 000 euros, représenter de l’investissement, ne pas impliquer eux-mêmes de frais de fonctionnement, et être précisément localisés. Ils devront évidemment être de compétence municipale.
Vous disposerez de trois mois, de novembre à janvier, pour enregistrer vos propositions sur ce site. Celles-ci seront ensuite examinées par les services techniques de la mairie et le Conseil économique social et environnemental local. Au total, nous budgèterons 100 000€ pour permettre d’accepter le maximum de propositions.
La faisabilité de chaque proposition sera étudiée. Les propositions répondant aux différents critères, rentrant dans le budget et qui seront retenues, seront soumises au vote des Garennois en février 2019 pendant un mois, à travers un vote organisé sur le site.
Le ou les projets qui auront obtenu le plus grand nombre de voix seront alors inscrits au budget de la commune, dans la limite totale des 100 000€, de la Ville pour être réalisés.
Avec cette nouvelle démarche participative, nous voulons vous donner l’opportunité de marquer La Garenne de votre empreinte, et de contribuer ainsi à embellir et moderniser notre commune.
Si La Garenne est un village si attachant, c’est qu’elle compte en son sein des habitants soucieux de préserver un cadre de vie serein et harmonieux. Montrez–le en participant!
Merci à tous, et à vos crayons, stylos et imprimantes !
Bien amicalement,
Philippe Juvin

Inauguration du nouveau complexe sportif Smirlian de Bois-Colombes

Dans le cadre du renouvellement urbain du quartier nord de la ville de Bois-Colombes, le maire, Yves Révillon, a lancé, dès 2001, le projet de rénover l’ancien gymnase Smirlian. Opérationnel depuis un an, le nouveau complexe sportif Smirlian est désormais achevé.

La rentrée à La Garenne-Colombes

Une rentrée riche en événements à La Garenne-Colombes. Retour en images sur le forum des associations, sur l’inauguration de la crèche Veuve-Lacroix, sur la course cycliste, mais également sur la rentrée scolaire des petits garennois.

Edito du Maire – Septembre 2018 – Un éco-quartier à La Garenne : Histoire d’une négociation

Je voudrais débuter cette année scolaire par une très bonne nouvelle pour La Garenne. Depuis une centaine d’années, le bureau d’étude de la société PSA occupait un très grand terrain à La Garenne, situé le long de la rue des Fauvelles.

Il y a un an, le groupe a décidé de quitter La Garenne pour regrouper ses activités à Poissy, tout en conservant sa succursale dans notre commune. Quelques mois plus tard, PSA nous informait qu’il s’apprêtait effectivement à vendre son terrain à Engie. Le projet d’Engie est très beau : il consiste en la construction d’un campus qui accueillera toutes les activités « développement durable » du groupe.

Mais pour la commune, ce projet n’était pas suffisant. Dans notre esprit, le déménagement de PSA devait être  une opportunité unique d’améliorer tout le quartier, et d’organiser en particulier le relogement et la modernisation du dépôt d’autobus voisin.

Nous avons donc indiqué à PSA que nous soutiendrions le projet d’installation d’Engie, qui apportera plusieurs milliers d’emplois à la commune (et donc autant de clients pour nos commerces), à plusieurs conditions. Parmi ces conditions, nous souhaitions que soit rétrocédé gratuitement à la commune un parc de deux hectares (qui est une surface considérable en pleine ville), que le dépôt de bus soit enfoui au moins partiellement, que des voiries et des équipements publics soient prévus à la charge de l’aménageur, et que le nouveau quartier, compris grossièrement entre la rue des Fauvelles, la rue Jules Ferry, la rue Pasteur et le Boulevard National, soit ouvert sur le reste de la commune. Toutes ces conditions ont été finalement acceptées.

Nous avons demandé que les trottoirs de la rue des Fauvelles et du Boulevard National soient élargis, qu’une crèche, un établissement scolaire et deux gymnases soient financés par le projet.

Les parties (Engie, PSA, RATP, l’Etat) ont également accepté que le futur quartier réponde aux critères d’un éco-quartier.

Enfin, la société Nexity, qui construira pour Engie, nous soumettra un volume de 10 à 20 000 m2 afin d’y accueillir un établissement scolaire de second degré. Dans mon esprit, j’aimerais que La Garenne accueille un collège et/ou un lycée international.

Le projet mettra sans doute une dizaine d’années à se faire complètement. Mais dès 2022, les premiers bâtiments Engie verront le jour, ainsi qu’un hôtel qui sera situé sur le boulevard National. Il y aura aussi quelques logements repartis autour du parc et des commerces. Le grand parc verra le jour à ce moment et nous avons obtenu l’accord de principe d’Engie pour que son propre parc puisse être partiellement accessible au public, agrandissant d’autant le notre.

Je ne cache pas que pour imposer nos conditions aux différents partenaires, la Ville a du menacer de préempter le terrain et de bloquer toute l’opération. La négociation a été dure mais nous avons eu gain de cause pour le plus grand bénéfice de la commune. La fermeté a payé.

Les différents acteurs ont accepté de se partager la charge financière des exigences de la commune. L’Etat, d’abord sceptique sur la capacité de la Ville à imposer ses vues, nous a finalement accompagné quand il a compris notre détermination. Dans la partie qui s’est jouée, le soutien de l’établissement de la Défense  avec son président Patrick Devedjian a été capital.

Je vous tiendrai personnellement au courant de l’évolution de ce très beau projet qui connaîtra des adaptations tout au long de sa réalisation. Comme je l’ai fait dans cette première étape de négociation, vous pouvez compter sur ma vigilance et ma détermination à faire de ce quartier un magnifique endroit.

Retrouvez un reportage sur BFM Paris consacré au changement de rythme scolaire à La Garenne-Colombes avec le retour à la semaine de 4 jours

La Garenne-Colombes : il y aura bien un nouveau quartier sur les terrains PSA-RATP

Meet Up 92 sur la Blockchain organisé à La Garenne-Colombes par Synergie Entreprises pour mieux comprendre cette deuxième révolution numérique

Edito du Maire – Juillet/Août 2018 – Autolib’ : la Ville de Paris, absence de transparence et mauvaise gestion

Chère Garennoise, Cher Garennois,

En 2011, la Ville de La Garenne adhérait au service Autolib’ en participant à un syndicat de communes réunissant la Ville de Paris et les communes de la région parisienne.

Ce service répondait alors à un double objectif : créer une nouvelle offre de transport moderne, et développer de nouveaux modes de circulation douces, respectueuses de l’environnement. Il venait ainsi compléter un réseau de transport riche de deux gares SNCF, de plusieurs lignes de bus, et du tramway T2.

A La Garenne, Autolib’ a rencontré un grand succès et s’inscrit désormais dans le paysage traditionnel de nos transports locaux.

Peu à peu, la situation financière s’est dégradée, le service n’était plus rentable. D’un côté, les prix d’abonnement étaient maintenus bas par la Ville de Paris et de l’autre, cette dernière multipliait les entraves à la circulation (voies sur berge, piétonisation). En juin 2017, le déficit d’exploitation cumulé s’élevait à 233,7 millions d’euros.

Le 21 juin, la Ville de Paris a mis fin au contrat avec le groupe Bolloré. Cette décision fait suite aux désaccords importants quant à l’imputation du déficit de gestion d’Autolib’ que le groupe Bolloré veut faire porter aux communes.

Les communes membres d’Autolib’, telles que La Garenne, s’opposent à une quelconque participation au financement du déficit du groupe Bolloré. Nous souhaitons également préserver les intérêts des utilisateurs du service. Et nous refusons d’être le payeur des inconséquences de gestion de Madame Hidalgo.

Le service Autolib’ dans les communes prendra donc fin au 31 juillet 2018.

Quelles sont les conséquences pour La Garenne ?

La fin de contrat avec Bolloré va conduire au retrait des voitures électriques. Les utilisateurs ne pourront plus conduire les véhicules Autolib’.

Concernant les bornes de recharge, les villes ont deux possibilités : faire retirer les bornes ou les racheter. A l’heure actuelle, nous ne connaissons pas les conditions financières d’un tel rachat.

Plusieurs communes adhérentes du syndicat s’étaient alarmées, ces dernières années, de ce déficit, qu’il faudrait bien un jour régler. La Ville de La Garenne, en particulier, avait été en pointe, tirant plusieurs fois le signal d’alarme. Très récemment, j’avais même demandé officiellement au Préfet de saisir la Chambre régionale des comptes.

Mais rien n’y faisait : la Ville de Paris restait sourde à toutes nos craintes, et refusait le plus souvent de nous communiquer les documents que nous demandions. Absence de transparence dans la gestion, et refus de comprendre qu’une dette, ça se paye à un moment : la maire de Paris nous emmenait dans le mur. Et comme elle était majoritaire (elle l’est toujours) en terme de décision, nos voix ne portaient pas.

Je vous tiendrai informés dans un prochain bulletin municipal de l’évolution de la situation lorsque nous aurons pu prendre connaissance de l’ensemble des possibilités qui s’offrent à nous.

Dans cette attente, je vous souhaite à toutes et à tous d’excellentes vacances !

Bien amicalement,

Philippe Juvin

Inauguration du Centre de Supervision Urbaine à La Garenne-Colombes – samedi 23 juin 2018

 

Programme des fêtes de La Garenne du 22 au 24 juin

2018-04-06-Programme La Garenne en Fête-v5

Concours de la francophonie au Théâtre de La Garenne

Remise des Médailles de la Ville et de la Médaille de la famille à Mme Jamelot, ce samedi 16 juin 2018