Philippe Juvin, le Blog
Député européen, Maire de La Garenne-Colombes
Président de la fédération Les Républicains des Hauts-de-Seine

Afghanistan | Philippe Juvin, le blog

Actualités 'Afghanistan'

Où en sont les négociations de paix en Afghanistan?

LOGO Ca m'interesseJe vous recommande cet article du Figaro (23/02/2016) qui fait le point sur la crise politique que traverse le pays.

« Négociations sur la paix en Afghanistan »

Des représentants afghans, pakistanais, américains et chinois se réunissent ce mardi à Kaboul pour une nouvelle réunion censée ouvrir la voie à la reprise des négociations avec les Taliban. En janvier, les représentants des quatre pays s’étaient accordés sur une reprise des négociations avec les combattants islamistes avant la fin février. Lundi, le ministre afghan des Affaires étrangères, Salahuddin Rabbani, a invité les Talibans à revenir à la table des négociations.

« Nous souhaitons que cette réunion définisse les modalités des discussions entre le gouvernement afghan et les groupes de Taliban d’ici la fin février », a-t-il déclaré à l’ouverture de la réunion. Lundi, le chef d’Etat major de l’armée pakistanaise, le général Raheel Sharif a rencontré des responsables politiques au Qatar, où les Taliban disposent d’une représentation, afin de préparer la discussion de mardi, la quatrième d’une série de réunions à quatre censées servir de point de départ à de véritables négociations de paix.

Entamé l’an dernier, le processus de dialogue entre le gouvernement afghan et les insurgés islamistes a été interrompu en juillet 2015 à l’annonce de la mort, deux ans plus tôt, du fondateur des taliban, le mollah Omar, qui a donné lieu à une guerre de succession. Le mois dernier, les Talibans ont présenté une série de conditions préalables à leur acceptation d’un dialogue, parmi lesquelles leur retrait de la liste des organisations terroristes établie par les Nations unies, la reconnaissance formelle d’une représentation politique du groupe et la libération de détenus.

>> Cliquez ici pour lire l’article sur le site du Figaro

L’UE fournit une aide humanitaire de 12 millions d’euros à l’Afghanistan

Le conflit en Afghanistan, qui s’intensifie, fait de nombreuses victimes civiles dans les zones tant urbaines que rurales et le pays doit à nouveau faire face à une crise humanitaire.

La Commission européenne fournit aujourd’hui 12 millions d’euros supplémentaires pour répondre aux besoins humanitaires croissants en Afghanistan, ce qui porte son aide humanitaire totale au pays à 40 millions d’euros en 2015. L’aide est accordée alors que le conflit, qui affecte de plus en plus les centres urbains densément peuplés, s’intensifie fortement.

[…]

Cliquez ici pour lire la suite du communiqué de presse sur le site de la Commission européenne

Article Le Figaro : « Syrie : comme un air d’Afghanistan… » par Adrien Jaulmes

LE FIGARO – ARTICLE DU 20 OCTOBRE 2015 : « SYRIE: COMME UN AIR D’AFGHANISTAN » PAR ADRIEN JAULMES

DÉCRYPTAGE – Depuis l’intervention de Moscou, le conflit syrien présente plusieurs analogies troublantes avec la guerre qui se déroula dans les années 1980.

LA RUSSIE, engagée aux côtés d’une dictature dans une guerre civile brutale contre une guérilla d’obédience largement islamiste soutenue par des armes américaines livrées par l’intermédiaire de monarchies du Golfe : depuis l’intervention de Moscou, le conflit syrien présente un certain nombre d’analogies troublantes avec la guerre d’Afghanistan dans les années 1980.
À l’entrée en guerre de l’aviation russe ont répondu les livraisons massives de missiles antichars TOW par l’Arabie saoudite et le Qatar. Le plan de la CIA consiste à fournir aux rebelles des armes suffisamment puissantes pour leur permettre de tenir en échec l’armée régulière et forcer Bachar el-Assad à accepter un compromis, mais pas suffisamment pour leur permettre de prendre le pouvoir à Damas. Il rappelle la décision américaine de livrer des missiles antiaériens Stinger à la résistance afghane à partir de 1986, qui avait fait perdre la maîtrise du ciel aux Soviétiques, et précipité la fin de leur intervention.
À l’époque, le retrait russe n’avait pas permis l’émergence d’un pouvoir démocratique à Kaboul. Au contraire, le régime communiste afghan s’était maintenu trois ans contre une rébellion désunie, avant de s’effondrer, emportant avec lui l’État afghan, et précipitant une guerre civile qui avait abouti à la domination des talibans.
En Syrie, les armes antichars ont permis à la rébellion de percer dans le nord-ouest du pays. L’aviation russe, entrée massivement en action, a permis à l’armée syrienne de reprendre l’offensive. Les rebelles, eux, réclament des armes antiaériennes. L’aviation reste le principal atout de Bachar el-Assad. Ses bombardements de terreur contre les villes passées à la rébellion sont l’une des principales raisons de l’exode massif des populations civiles et de la radicalisation du soulèvement, et servent aux djihadistes à justifier tous leurs excès. Ni la création d’une zone d’interdiction de vol ni la livraison d’armes antiaériennes n’ont été encore décidées.

>> Lire la suite sur le site du Figaro

Premier accord de coopération en matière de partenariat et de développement entre l’UE et l’Afghanistan

Premier accord de coopération en matière de partenariat et de développement entre l’UE et l’Afghanistan

Les négociateurs en chef de l’Union européenne et du gouvernement de la République islamique d’Afghanistan ont paraphé aujourd’hui, à Kaboul, un accord de coopération en matière de partenariat et de développement, en présence du président, M. Ashraf Ghani.

[…]

Cliquez ici pour lire la suite sur le site du Service européen pour l’action extérieure

Pierre-Henri Menthéour est décédé. Je l’avais eu au téléphone il y a quelques mois, et il m’avait alors annoncé qu’il était malade. On devait se revoir quand ça irait mieux … s’était-on dit. Quelle bêtise. Il faut se voir quand on peut. Point final. Ancien cycliste de haut niveau, vainqueur d’étape sur le Tour de France, je l’avais connu dans sa seconde vie, journaliste en Afghanistan en 2008, au moment du tournant du conflit. Nous étions à Kaboul ensemble. Il en était revenu avec un reportage sur les médecins militaires, dont j’étais. Pour ma part, je retrouve sur mon ordinateur ce petit film amateur tourné à l’Indi Gandhi Hospital, où il apparaît avec notre fine équipe (secondes 42, 44 et 45). Triste nouvelle de perdre un bon camarade.

Chaine de l’espoir


Philippe Juvin par chainedelespoir

Philippe Juvin parraine l’exposition photos sur l’Afghanistan « Pour un hôpital européen à Kaboul » qui est organisée en partenariat avec La Chaine de l’espoir. L’exposition en faveur de la reconstruction sanitaire de l’Afghanistan se tiendra du 21 au 25 janvier au Parlement européen de Bruxelles.

La défense nationale est en danger

Dans quelques heures nous allons célébrer le 14 juillet, notre Fête Nationale. Nous allons également commémorer nos forces armées et les soldats français morts pour protéger nos valeurs et défendre les intérêts de notre pays. Ce défilé prend une couleur particulière avec le récent éclairage de la Cour des comptes et des déclarations du gouvernement actuel sur la baisse des effectifs dans les ministères non prioritaires.

Le nouveau gouvernement n’a pas inscrit la Défense comme ministère prioritaire aux côtés de la Justice ou l’Intérieur. Comme l’ont rappelé plusieurs parlementaires dont Karine Berger et selon la bonne vieille habitude socialiste, l’armée sera une variable d’ajustement des finances et des effectifs.

C’est un pan entier de notre souveraineté et de notre sécurité qui est laissé sans moyen comme le souligne la Cour des comptes : « les armées ne sont pas en situation de remplir les objectifs les plus exigeants de leurs contrats opérationnels dans le domaine conventionnel ». L’armée est en danger et nous avec elle.

Les Verts avaient annoncé qu’ils voulaient transformer le défilé militaire en journée des associations. En réduisant à une limite insupportable les moyens et les hommes de l’armée française, le gouvernement va transformer leur souhait en réalité. Regardons bien ce défilé militaire, c’est peut-être le dernier !

>> téléchargez le communiqué

Interview de Philippe Juvin sur l’Afghanistan et le retrait des troupes françaises

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Convention Défense de l’UMP

Je suis intervenu à la convention Défense de l’UMP, durant laquelle j’ai fait part de mon témoignage sur mon engagement de réserviste, notamment de mon expérience en Afghanistan. En France, les réserves militaires constituent un dispositif essentiel de l’armée professionnelle et participent à renforcer les effectifs des forces armées. Elles permettent également d’entretenir l’esprit de défense, de contribuer au maintien du lien Armées-Nation et de participer au devoir de mémoire.

14 juillet en deuil

Ce matin, beau défilé sur les Champs Elysées. Endeuillé par tous ces morts en Afghanistan. Depuis 2008 et le moment où je suis allé là-bas comme officier de réserve, je dis et écris la même chose. Quand Jacques Chirac et Lionel Jospin ont décidé d’envoyer nos soldats là-bas, notre objectif était simple : démanteler les camps d’Al Quaïda. C’est aujourd’hui chose faite : l’Afghanistan n’est plus la base arrière du terrorisme que l’on connaissait en 2001. Certes la situation est fragile, les talibans sont toujours un danger, la guerre civile menacerait si nous partions brutalement, le Pakistan est gangréné par les troubles à ses frontières, mais l’objectif initial est rempli. Nous ne pouvons pas être les policiers du monde entier. Que les Afghans s’assument, assurent leur police intérieur et leur sécurité à leurs frontières : ne laissons là-bas que les troupes strictement nécessaires pour interdire la réinstallation des camps de terroristes et la déstabilisation du Pakistan. Et pour le reste, aidons financièrement l’Afghanistan, et partons.

Rencontre des Corsaires

Vendredi 4 mars à 18h30, Philippe Juvin est l’invité de la seconde Rencontre des Corsaires, organisée par l’association étudiante Mer & Universités et animée par Vincent Hélin, étudiant en Master II de relations européennes et lobbying à l’Institut Catholique de Paris.

Parce que l’Europe nous concerne tous, parce qu’il faut prendre conscience de la nécessaire défense de cet espace de paix et de prospérité, Philippe Juvin échangera avec des étudiants sur l’avenir de l’Europe de la Défense.
Philippe Juvin, interviendra aux côtés du Vice-amiral d’Escadre Xavier Païtard, chef de la représentation militaire française auprès de l’Union européenne et de l’Otan. [Lire la suite …]

Rencontre avec le Dr Abdoulah-Abdoulah

Hier, je rencontrais au Parlement européen le Dr Abdoulah-Abdoulah, ancien candidat à l’élection présidentielle afghane contre le Président Karzaï.

Rencontré en présence de mon collègue français Arnaud Danjean, Député européen et Président de la sous commission « Sécurité et Défense », nous nous sommes tous 3 accordés sur le fait qu’aucun départ des troupes occidentales n’est envisageable aujourd’hui. De plus, il nous apparait qu’une condition sine qua non au retrait des troupes est la mise en place d’une force afghane de sécurité efficace.
Tant que cette condition n’est pas remplie, il faut continuer, tout en donnant une direction et un espoir. Il faut reconquérir les coeurs des Afghans autant que les protéger.

>> Téléchargez le communiqué de presse

Communiqué de presse : « Sécuriser l’avenir de l’Afghanistan grâce à l’action des Afghans. Accepter le dialogue avec certains Talibans.»

Philippe JUVIN, Vice Président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Afghanistan, salue l’investiture d’Hamid Karzaï pour un nouveau mandat de 5 ans.

Philippe JUVIN trouve « particulièrement encourageant » le discours d’investiture d’Hamid Karzaï, dans lequel ce dernier estime que l’Afghanistan sera en mesure de prendre en main sa sécurité dans les 5 ans à venir. « C’est une piste pour que nous puissions nous retirer progressivement de ce pays. »

Ce qui importe, souligne le Député européen, « c’est que les Afghans prennent leur sécurité en main. Cela passe aussi par l’ouverture du dialogue avec les Talibans. »

Afghanistan : il faut parler avec tout le monde …

Interview journal de 19h le 18 aout 2009

RMC : 3 août – Un soldat français tué en Afghanistan.

bourdincoRetrouvez l’intégralité du débat :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

« Nous ne pouvons pas partir »

header-logo-lpPhilippe Juvin, député européen, maire UMP de La Garenne-Colombes (92), est également chef des urgences à l’hôpital Beaujon. Officier de réserve, il a effectué en 2008 une mission en Afghanistan avec l’armée française en tant que médecin militaire. Après plusieurs semaines sur le terrain (de mai à août 2008), il avait accompagné Nicolas Sarkozy à Kaboul le 18 août lors de la mort des dix soldats français pris dans une embuscade.

Comment jugez-vous l’évolution de la situation ?
Philippe Juvin. Déjà à l’époque, l’insécurité ne faisait que croître et la mobilisation des militaires était permanente. En revanche, l’accueil des populations locales nous était extrêmement favorable. Nous sentions que nous agissions pour l’intérêt des Afghans. Quand on envoie des soldats en opération extérieure, on doit s’attendre à des pertes, nous le savons. Le pire pour nos soldats, c’est de se sentir oubliés. Paradoxalement, il y a deux nouveaux paramètres positifs à prendre en compte. D’abord l’ouverture du dialogue avec les talibans : une discussion impensable il y a un an qui aujourd’hui est admise par tous comme une nécessité. L’autre amélioration, c’est la plus grande autonomie des forces de sécurité afghanes (la police et l’armée).

Quel est le rôle de la France ?
D’une part, elle garantit la sécurité. D’autre part, elle encadre les forces de sécurité afghanes pour que ces dernières acquièrent un savoir-faire et un professionnalisme. Enfin, elle aide la population civile par des actions régulières. Je me rappelle par exemple que 70 % des blessés de l’hôpital militaire français étaient des Afghans.

La France doit-elle rester en Afghanistan ?
Si la France n’y était pas, il se passerait deux choses. D’abord, la guerre civile éclaterait et nous assisterions à un bain de sang épouvantable. L’autre conséquence serait le risque de voir réapparaître la situation d’avant 2001, à savoir un régime obscurantiste et le rétablissement des camps d’entraînement terroristes d’Al-Qaïda. La conclusion, c’est qu’aujourd’hui nous ne pouvons pas partir, sans quoi le pays serait à feu et à sang. On doit rester, mais à deux conditions : poursuivre l’afghanisation et les négociations avec les talibans.

Propos recueillis par Constance de Bonnaventure | 02.08.2009, 07h00

Philippe Juvin – Afghanistan – Carnet 4

Défense : La France a-telle les moyens de son ambition ?

Retrouvez l’intégralité de l’émission un oeil sur la planète sur le site de France 2

Philippe Juvin – Afghanistan – Carnet 3/4

Philippe Juvin – Afghanistan – Carnet 1/4

Pratis TV revient sur l’Afghanistan en mettant en ligne des images que j’avais tournées lors de mon séjour à Kaboul, et que Pratis me demande de commenter. Une série de quatre reportages dont le premier est publié depuis quelques jours, et que je dédie aux hommes et aux femmes de bonne volonté du service de santé des armées.

Philippe Juvin – Bibliothèque Médicis

Bibliothèque Médicis présentée par Jean-Pierre Elkabbach

Je suis invité sur Public Sénat vendredi à 18h30 dans l’émission de Jean-Pierre Elkabbach « Bibliothèque Médicis »  sur thème de l’Afghanistan. Avec LOUIS GAUTIER, Délégué national du PS aux questions stratégiques, Jean-Pierre MIGNARD, Avocat, Atiq RAHIMI, Jean-Marin SCHUH, Conseiller des affaires étrangères et Guy TEISSIER, Président de la commission de la Défense de l’Assemblée nationale